25 mai 2012 / 14:16 / dans 6 ans

La Catalogne appelle l'Etat central à l'aide en Espagne

par Fiona Ortiz

<p>Vue de Barcelone, capitale de la Catalogne. La plus riche des r&eacute;gions autonomes d'Espagne a besoin de l'aide financi&egrave;re de l'Etat central faute de pouvoir refinancer sa dette cette ann&eacute;e. La r&eacute;gion a plus de 13 milliards d'euros de dette &agrave; refinancer cette ann&eacute;e, qui s'ajoutent &agrave; son d&eacute;ficit budg&eacute;taire. /Photo prise le 16 mars 2012/REUTERS/Albert Gea</p>

MADRID (Reuters) - La Catalogne, la plus riche des régions autonomes d‘Espagne, a besoin de l‘aide financière de l‘Etat central faute de pouvoir refinancer sa dette cette année, a annoncé vendredi son président, Artur Mas.

“Peu importe comment on y arrive, mais nous avons besoin de pouvoir effectuer des paiements à la fin du mois. On ne peut pas redresser son économie si on ne peut pas payer ses factures”, a-t-il dit à un groupe de journalistes étrangers.

La Catalogne, qui regroupe environ 20% de l‘activité économique de l‘Espagne, a plus de 13 milliards d‘euros de dette à refinancer cette année, qui s‘ajoutent à son déficit budgétaire.

La confirmation de ses difficultés par son président a eu un effet immédiat sur les marchés financiers : l‘euro est brièvement tombé sous 1,25 dollar, son plus bas niveau depuis juillet 2010, tandis que le rendement de la dette à 10 ans espagnole remontait vers 6,30%.

Les dettes des 17 régions d‘Espagne et la montée ininterrompue des créances douteuses de ses banques depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2008 font craindre une amplification de la crise de la zone euro, surtout si Madrid était contraint de demander une aide internationale, comme l‘Irlande, le Portugal et la Grèce.

Au total, les régions ont 36 milliards d‘euros de dettes à refinancer cette année et leurs budgets devraient enregistrer un déficit cumulé de 15 milliards.

L‘an dernier, nombre d‘entre elles avaient couvert une partie de leurs besoins de financements en repoussant de plusieurs mois, voire de plusieurs années, le paiement de certains de leurs fournisseurs, comme les entreprises de voirie où les entreprises d’équipements hospitaliers.

Cette année, le gouvernement central a mis à leur disposition une facilité de crédit exceptionnelle pour le paiement des fournisseurs, que la Catalogne a déjà sollicitée à hauteur de deux milliards d‘euros.

Mais ce guichet est censé fermer le mois prochain et Madrid a promis un nouveau mécanisme de soutien aux régions, qui n‘ont pratiquement plus accès aux marchés financiers internationaux depuis le premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010.

“OBLIGATIONS PATRIOTIQUES”

La Catalogne, elle, a émis ces deux dernières années des “obligations patriotiques” (“bonos patrioticos”) à des taux d‘intérêt de 4,5% à 5,0% mais elle estime aujourd‘hui que la capacité de ses habitants à souscrire à ce type d‘emprunts est épuisée.

Un quart de l’épargne des Catalans est déjà investi dans ce type de titres, a dit Artur Mas.

Une autre possibilité consisterait à obtenir des financements bancaires à court terme mais la région de Valence, voisine de la Catalogne, a récemment dû accepter un taux d‘intérêt de 7% pour un emprunt à six mois, un niveau jugé insupportable.

Les intérêts de paiement déboursés par la Catalogne ont déjà doublé en deux ans et devraient atteindre deux milliards d‘euros cette année.

Artur Mas s‘est prononcé pour l’émission par l‘Etat central d’“Hispanobonos” à un taux d‘intérêt correspondant à la moyenne des taux que les régions devraient payer si elles se finançaient par d‘autres sources.

Des sources gouvernementales ont déclaré à Reuters que le ministre de l‘Economie espagnol, Luis de Guindos, et son collègue du Budget, Cristobal Montoro, divergeaient sur le mécanisme apte à venir en aide aux régions.

Le 4 mai, l‘agence de notation Standard & Poor’s a abaissé de quatre échelons la note de la Catalogne pour la ramener à BBB-, un échelon seulement au-dessus de la catégorie spéculative.

Fitch note pour sa part la dette catalane BBB+.

Le déficit budgétaire de la région était censé être contenu à 1,2% du produit intérieur brut l‘an dernier mais il a atteint près de trois fois ce chiffre.

Les autorités tentent de le ramener à 1,5% cette année, un objectif que de nombreux économistes jugent irréaliste alors que l’économie du pays est vouée à une récession d‘environ 1,5%.

Pour tenter de juguler son déficit, la Catalogne a déjà réduit les traitements de ses fonctionnaires, créé une taxe sur le tourisme, institué une franchise d‘un euro par prescription médicale, appliqué la surcharge maximale prévue sur les carburants et gelé ses investissements dans les infrastructures.

Fiona Ortiz, Marc Angrand pour le service français, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below