17 mai 2012 / 19:54 / dans 5 ans

Merkel, Hollande, Cameron et Monti "largement en accord"

<p>Selon Berlin, la chanceli&egrave;re allemande Angela Merkel est "largement en accord" avec le chef de l'Etat fran&ccedil;ais Fran&ccedil;ois Hollande, le Premier ministre britannique David Cameron et le pr&eacute;sident du Conseil italien Mario Monti sur la n&eacute;cessit&eacute; de coupler consolidation budg&eacute;taire et relance de la croissance. /Photo prise le 17 mai 2012/REUTERS/Fabrizio Bensch</p>

BERLIN (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel est “largement en accord” avec le chef de l‘Etat français François Hollande, le Premier ministre britannique David Cameron et le président du Conseil italien Mario Monti sur la nécessité de coupler consolidation budgétaire et relance de la croissance, a fait savoir Berlin.

Les quatre dirigeants européens se sont entretenus jeudi dans le cadre d‘une visioconférence pour préparer le sommet du G8 organisé ce week-end à Camp David, lieu de villégiature du président des Etats-Unis, où la crise européenne de la dette sera évidemment à l‘ordre du jour. José Manuel Barroso et Herman van Rompuy, présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, y ont également participé.

Les intervenants se sont dits “largement en accord avec l‘idée que la consolidation et la croissance ne sont pas contradictoires, mais toutes deux nécessaires”, a déclaré Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière.

France et Allemagne sont convenues mardi à Berlin, à l‘occasion d‘un premier entretien entre Angela Merkel et François Hollande, de présenter en commun des idées sur les moyens de relancer la croissance européenne au Conseil européen du mois prochain.

La relance de l‘Europe sur fond de crise grecque a occupé la majeure partie de cette visite du président socialiste chez la chancelière conservatrice, quelques heures seulement après son entrée officielle à l‘Elysée.

Lors d‘une conférence de presse commune à la chancellerie, les deux dirigeants ont précisé que les mesures à venir sur la croissance devraient notamment concerner les Grecs, dont ils souhaitent le maintien dans la zone euro.

S‘agissant du pacte budgétaire européen, François Hollande a rappelé qu‘il avait demandé sa renégociation pendant la campagne électorale, tout en laissant entendre qu‘il était prêt à envisager un texte séparé sur la croissance.

Erik Kirshbaum, Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below