27 avril 2012 / 12:17 / il y a 5 ans

Procter & Gamble abaisse ses prévisions 2012

<p>Procter &amp; Gamble, n&deg;1 mondial des produits m&eacute;nagers, abaisse ses pr&eacute;visions de r&eacute;sultats annuels en arguant des efforts li&eacute;s &agrave; son nouveau plan de restructuration et des effets persistants de la hausse des cours des mati&egrave;res premi&egrave;res. /Photo prise le 24 janvier 2012/John Gress</p>

par Jessica Wohl

CHICAGO (Reuters) - Procter & Gamble a abaissé vendredi ses prévisions de résultats annuels en raison de la fragilité des marchés développés, des prix plus agressifs pratiqués par ses concurrents sur certains produits et des pressions sur les prix au Venezuela notamment.

Dans le même temps, le numéro un mondial des produits ménagers s'est engagé dans un nouveau plan de restructuration et continue de subir la hausse des cours des matières premières.

A la Bourse de New-York, l'action P&G signait la plus forte baisse de l'indice Dow Jones, en repli de 3,2% à 64,70 dollars dans les premiers échanges.

Sur les marchés développés, la croissance est atone dans tous les segments de Procter & Gamble, a déclaré le directeur général Bob McDonald à des journalistes lors d'une conférence.

Procter & Gamble, comme d'autres de ses concurrents, a dû relever ses prix pour faire face au renchérissement du coût des matières premières.

Ces hausses de prix ont représenté un total de 3,5 milliards de dollars pour le groupe, mais environ 100 millions à 200 millions de dollars de cette somme n'ont pas profité à P&G, ses concurrents ne s'étant pas alignés sur ses prix, a précisé le directeur financier Jon Moeller.

Le groupe revient peu à peu sur certaines de ces augmentations, soit en diminuant les prix soit en les conservant mais en en augmentant le volume des produits.

Au Venezuela, où le groupe réalise plus d'un milliard de dollars de ventes, Procter & Gamble a été contraint de réduire ses prix de 25% sous le coup d'une nouvelle réglementation.

PROFITS EN BAISSE

Pour le troisième trimestre de son exercice 2011-2012 clos fin mars, le groupe a fait état d'une baisse de ses bénéfices, qui résulte de charges induites par son plan de restructuration.

Celui-ci prévoit la suppression de 5.700 postes et 10 milliards de dollars de réductions de coûts d'ici la fin de l'exercice fiscal 2016.

Sur les trois premiers mois de l'année, le fabricant des couches Pampers et des rasoirs Gillette a dégagé un bénéfice de 2,41 milliards de dollars, soit 82 cents par action, contre 2,87 milliards (96 cents par titre) un an auparavant.

Le bénéfice courant, qui exclut certains éléments tels que des charges de restructuration, est resté stable à 94 cents, soit un cent de plus que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires a progressé de 2% à 20,19 milliards de dollars.

P&G a dit s'attendre à dégager un bénéfice courant par action compris entre 3,82 et 3,88 dollars pour l'exercice à fin juin. En février, il avait évoqué un objectif de 3,93 à 4,03 dollars.

Les analystes tablent pour leur part sur un bénéfice courant par action annuel de 3,96 dollars.

Jessica Wohl, Blandine Hénault, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below