25 avril 2012 / 18:23 / il y a 5 ans

Ben Bernanke dit que la Fed est prête à agir à nouveau

par Pedro da Costa et Mark Felsenthal

<p>Le pr&eacute;sident de la R&eacute;serve f&eacute;d&eacute;rale am&eacute;ricaine Ben Bernanke a d&eacute;clar&eacute; mercredi que la Fed "n'h&eacute;siterait pas" &agrave; lancer de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif s'il apparaissait que l'&eacute;conomie des Etats-Unis en avait besoin. /Photo prise le 25 avril 2012/REUTERS/Jason Reed</p>

WASHINGTON (Reuters) - Le président de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke a déclaré mercredi que la Fed “n‘hésiterait pas” à lancer de nouvelles mesures d‘assouplissement quantitatif s‘il apparaissait que l’économie des Etats-Unis en avait besoin.

“Nous restons entièrement disposés à utiliser des outils de bilan pour atteindre nos objectifs. Ces outils restent sur la table et nous n‘hésiterions pas à les utiliser si l’économie avait besoin de mesures de soutien supplémentaires”, a-t-il dit lors d‘une conférence de presse qui a suivi la décision de la Fed de laisser ses taux inchangés.

Cette dernière a confirmé son engagement à observer le statu quo sur les taux jusqu’à la fin 2014 tout en livrant un jugement un tout petit peu plus positif sur la situation économique.

En réaction à la forte récession de 2008, la Fed avait abaissé son taux d‘intervention à pratiquement zéro en décembre 2008 et son bilan a plus que triplé de taille de par l‘achat d‘actifs obligataires pour 2.300 milliards de dollars, opération dont le but était de maintenir bas des taux d‘intérêt longs.

Même si Ben Bernanke a laissé la porte ouverte à de nouvelles mesures, il n‘a pas dit que celles-ci étaient en préparation.

En outre, la Fed revu à la hausse sa prévision de croissance pour 2012 tout en tablant pour cette année sur un taux de chômage moins élevé que lors de sa précédente prévision.

La banque centrale des Etats-Unis a dit mardi anticiper une augmentation du produit intérieur brut (PIB) comprise entre 2,4% et 2,9% contre une fourchette de 2,2%-2,7% retenue en janvier.

Ceci étant dit, la Fed a toutefois légèrement abaissé ses prévisions pour 2013 et 2014, Ben Bernanke expliquant ces révisions par une vraisemblable prise en compte de la nécessité pour Washington de réduire les déficits fédéraux.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below