15 avril 2012 / 18:03 / dans 5 ans

A Wall Street, les résultats et l'Europe seront suivis de près

<p>Apr&egrave;s avoir endur&eacute; leurs deux plus mauvaises semaines de l'ann&eacute;e, les march&eacute;s d'actions am&eacute;ricains devraient tenter de revenir aux fondamentaux et appuyer leur tendance sur les r&eacute;sultats qui seront publi&eacute;s en rafale &agrave; partir de lundi. /Photo prise le 15 avril 2012/REUTERS/Eric Thayer</p>

par Chuck Mikolajczak et Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Après avoir enduré leurs deux plus mauvaises semaines de l‘année, les marchés d‘actions américains devraient tenter de revenir aux fondamentaux et appuyer leur tendance sur les résultats qui seront publiés en rafale à partir de lundi.

Alcoa a ouvert lundi dernier la nouvelle saison des résultats, faisant état d‘un bénéfice inattendu alors que les investisseurs anticipaient une perte de la part du spécialiste américain de l‘aluminium.

Dans le sillage d‘Alcoa, les quelques groupes qui ont également publiés leurs trimestriels ont dans l‘immense majorité agréablement surpris: sur les quelque 32 sociétés cotées sur le S&P 500, près des trois quarts ont dépassé le consensus.

Mais ces annonces n‘ont pas eu l‘effet escompté sur les marchés d‘actions, le retour sur le devant de la scène de la crise de la dette souveraine, illustrée par les difficultés rencontrées par l‘Espagne pour se financer, ayant incité les investisseurs à prendre leurs bénéfices et à privilégier les actifs les moins risqués.

Selon des données de Thomson Reuters, pas moins de 86 groupes américains du S&P 500 livreront à leur tour leurs résultats trimestriels aux intervenants.

Parmi eux, figurent dix entreprises cotées sur le Dow Jones: Intel, Johnson & Johnson, Coca-Cola, DuPont de Nemours, Microsoft, Travelers Companies, Verizon, Americain Express, General Electric et McDonald‘s.

Les financières seront cette semaine encore suivies de près après les résultats livrées vendredi par JPMorgan Chase. Cette semaine, sont attendues Citigroup, Goldman Sachs et Morgan Stanley.

La teneur des chiffres ne sera toutefois pas seule à dicter la tendance, les investisseurs gardant un oeil attentif sur l’évolution de la situation sur le front de la dette souveraine européenne.

“Les résultats sont meilleurs que prévus. Les perspectives sont plutôt optimistes”, a déclaré Jack Ablin de Harris Private Bank.

“Dans l‘ensemble, les nouvelles sont plutôt bonnes, mais il suffit d‘une information bien médiocre en provenance de l‘Europe pour faire oublier tout cela”, a-t-il poursuivi.

Vendredi, les marchés d‘actions américains ont bouclé un deuxième recul hebdomadaire consécutif. Cette correction était attendue par de nombreux analystes après la hausse de 12% affichée au premier trimestre par le S&P 500.

L‘indice, le plus suivi par les gérants de fonds est toutefois resté proche de sa moyenne mobile sur 50 jours.

“Techniquement, il était évident qu‘il y aurait une correction”, a commenté Paul Mendelsohn.

”(...) Jusqu‘où ira-t-elle? Cela reste à voir. Il reste un support dans la région des 1.358 points et nous tournons autour de la moyenne mobile sur 50 jours.

Vendredi, le S&P 500 a terminé à 1.370,26 points.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below