3 avril 2012 / 10:09 / dans 6 ans

Dexia sort de RBC Dexia Investor Services, l'UE examine BIL

PARIS/BRUXELLES (Reuters) - La banque franco-belge Dexia a annoncé mardi avoir franchi une nouvelle étape dans son plan de démantèlement avec la vente de sa participation de 50% dans RBC Dexia Investor Services à la Banque Royale du Canada, déjà co-actionnaire de cette joint-venture.

<p>La banque franco-belge Dexia a franchi une nouvelle &eacute;tape dans son plan de d&eacute;mant&egrave;lement avec la vente de sa participation de 50% dans RBC Dexia Investor Services &agrave; la Banque Royale du Canada, d&eacute;j&agrave; co-actionnaire de cette joint-venture. /Photo prise le 27 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Fran&ccedil;ois Lenoir</p>

Dexia a indiqué que la transaction, dont la finalisation est attendue mi-2012, se ferait sur un prix envisagé de 837,5 millions d‘euros, soit un montant “proche de la valeur comptable”.

Dans le cadre de cet accord, Dexia a racheté pour 1,4 milliard d‘euros de ses propres obligations à RBC Dexia Investor Services qui a en retour acquis un portefeuille de titres obligataires pour la même somme.

“Cet échange de titres, qui a eu lieu conjointement à la signature de l‘accord de cession, sera neutre pour le groupe Dexia en termes de financement”, a précisé la banque franco-belge.

Dexia a précisé que la transaction avec la Banque Royale du Canada était soumise au feu vert de la Commission européenne.

Cette dernière a d‘ailleurs remis en cause ce mardi un autre point clé de son plan de sauvetage en ouvrant une enquête approfondie visant à vérifier la conformité au droit européen de la vente de la branche luxembourgeoise de Dexia au Qatar.

Bruxelles veut vérifier que la vente de Banque Internationale Luxembourg (BIL) à 90% au Qatar et à 10% au Luxembourg pour 730 millions d‘euros n‘a pas bénéficié d‘aides publiques.

“Compte tenu du fait que le projet de vente est le résultat de négociations avec un investisseur privé et que la Commission ne dispose pas de suffisamment d‘informations sur la valorisation de l‘activité cédée à ce stade, la Commission a ouvert une enquête approfondie pour vérifier si le prix de la transaction est conforme au marché”, déclare la Commission dans un communiqué.

Les relations de Dexia avec la Commission européenne, tendues depuis le premier plan de sauvetage de la banque en 2008, se sont empirées après l‘annonce d‘une nouvelle aide publique pour démanteler “de manière ordonnée” la banque.

Dexia a ainsi interpellé fin février Bruxelles en prévenant que sa survie dépendrait de l‘approbation par l‘UE de son plan de sauvetage et de l‘octroi d‘une garantie d‘Etat de 90 milliards d‘euros à un coût non prohibitif.

Ces difficultés avec la Commission interviennent alors que Dexia a subi un revers dans son plan de démantèlement en n‘obtenant pas de Qatar National Bank (QNB) qu‘elle relève son offre pour racheter sa filiale turque Denizbank.

Dexia a aussi lancé un processus de vente pour sa filiale de gestion d‘actifs.

Julien Ponthus, Philip Blenkinsop, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below