28 mars 2012 / 05:53 / il y a 6 ans

L'économie française a crû de 1,7% en 2011

PARIS (Reuters) - L’économie française a crû de 1,7% en 2011, dont 0,2% au quatrième trimestre, confirment les résultats détaillés des comptes nationaux publiés mercredi par l‘Insee.

<p>L'Insee confirme mercredi que la croissance de l'&eacute;conomie fran&ccedil;aise a &eacute;t&eacute; de 1,7% en 2011 et de 0,2% au quatri&egrave;me trimestre de l'an dernier. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>

Le pouvoir d‘achat global a augmenté de 1,1% l‘an dernier, après 0,8% en 2010 et le pouvoir d‘achat individuel a progressé de 0,4%, après +0,1% en 2010.

Parallèlement, le taux d’épargne des ménages a augmenté de 0,7 point l‘an dernier pour atteindre son plus haut niveau depuis 1983, à 16,8%.

Le taux de marge des sociétés non financières a lui baissé à 29,1%, après 30,1 % en 2010, revenant à son plus bas niveau depuis 1985.

La croissance du PIB au deuxième trimestre a été relevée à 0% au lieu de -0,1%, celle du troisième trimestre étant confirmé à 0,3% et celle du premier à 0,9%.

L‘Insee a annoncé la semaine dernière prévoir une croissance nulle au premier trimestre 2012, avant 0,2% au deuxième, ce qui éloignerait la menace d‘une nouvelle récession de l’économie française. L‘acquis de croissance à la fin du premier semestre serait selon l‘institut de +0,5%.

<p>LA CROISSANCE FRAN&Ccedil;AISE</p>

Le gouvernement prévoit une hausse du PIB de 0,7% cette année, supérieure aux prévisions des institutions internationales.

Le chiffre de la consommation des administrations publiques au quatrième trimestre a été relevé à 0,3% mercredi par l‘Insee (au lieu de 0,2% en première estimation), celui de l‘investissement total à 1,1% (au lieu de 0,9%), et celui des importations à -1,0% (au lieu de -1,2%).

La contribution du commerce extérieur à la croissance a été abaissée à +0,6% au quatrième trimestre (au lieu de 0,7%) et la contribution de la demande intérieure hors stocks relevée à +0,4% (au lieu de 0,3%).

Au quatrième trimestre, le taux d’épargne des ménages a diminué à 16,8%, la consommation des ménages en valeur augmentant plus vite que le revenu disponible.

L‘excédent brut d‘exploitation des entreprises s‘est stabilisé au quatrième trimestre et le taux de marge des sociétés non financières a reculé de 0,2 point à 28,7%.

Jean-Baptiste Vey, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below