23 mars 2012 / 09:28 / il y a 6 ans

L'Etat allemand s'apprête à monter à 12% dans EADS

BERLIN (Reuters) - L‘Etat allemand s‘apprête à prendre une participation plus importante que prévu de 12% dans le capital d‘EADS, maison-mère d‘Airbus, a-t-on appris vendredi de source gouvernementale allemande, un nouveau signe de la volonté de Berlin de défendre ses intérêts au sein du groupe aéronautique européen.

<p>Le pr&eacute;sident ex&eacute;cutif d'EADS Louis Gallois. L'Etat allemand s'appr&ecirc;te &agrave; prendre une participation plus importante que pr&eacute;vu de 12% dans le capital d'EADS, maison-m&egrave;re d'Airbus, a-t-on appris de source gouvernementale allemande, un nouveau signe de la volont&eacute; de Berlin de d&eacute;fendre ses int&eacute;r&ecirc;ts au sein du groupe a&eacute;ronautique europ&eacute;en. /Photo prise le 30 janvier 2012/REUTERS/Jean-Paul P&eacute;lissier</p>

L‘Etat allemand, via la banque publique de développement KfW, reprendrait les participations du constructeur automobile Daimler et de plusieurs banques privées, a précisé la source, confirmant une information de la presse allemande.

“Le projet de loi de finances rectificative prévoit 1,6 milliard d‘euros dans ce but”, a ajouté cette source.

L‘Allemagne avait déjà fait savoir qu‘elle rachèterait 7,5% d‘EADS à Daimler. Les 4,5% supplémentaires seraient achetés auprès du consortium bancaire Dedalus.

Interrogée sur le sujet, une porte-parole du ministère allemand de l‘Economie a simplement déclaré que le gouvernement avait effectué des provisions destinées à financer l‘acquisition d‘actions EADS supplémentaires au cas où des banques privées souhaiteraient en vendre.

Vers 13h45 à la Bourse de Paris, l‘action EADS cédait 0,31% à 30,1450 euros alors qu‘elle avait gagné jusqu’à 1,8% en début de séance.

<p>LE CAPITAL D&rsquo;EADS</p>

EADS est pour l‘instant contrôlé par un partenariat entre Daimler, le français Lagardère et l‘Etat français.

La démarche de l‘Allemagne pourrait peser dans le débat qui oppose Berlin à EADS sur la localisation des sites de production, alors que le groupe a déjà mis l‘Allemagne en garde contre toute tentative d‘ingérence.

Le président exécutif d‘EADS Louis Gallois a défendu début mars le projet de son successeur désigné Thomas Enders de domicilier un plus grand nombre d‘activités du groupe à Toulouse, où se trouve le siège d‘Airbus, s‘attirant des critiques de Berlin.

Peter Hintze, responsable des dossiers aéronautiques pour le gouvernement d‘Angela Merkel, a ainsi déclaré qu‘il militerait pour que l‘Allemagne s‘assure une part équitable des activités de recherche-développement et de production d‘Airbus.

Un porte-parole d‘EADS s‘est refusé à commenter ces informations. Daimler n’était pas disponible dans l‘immédiat pour un commentaire.

Danielle Rouquié et Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below