20 mars 2012 / 10:04 / il y a 6 ans

Casino a assigné en justice les Galeries Lafayette sur Monoprix

<p>Casino a assign&eacute; en justice les Galeries Lafayette et leurs repr&eacute;sentants au conseil d'administration de Monoprix, filiale commune au centre d'un conflit entre les deux groupes. Ce nouvel &eacute;pisode du bras de fer juridico-financier entre les deux distributeurs porte sur la prolongation d'un an, &agrave; compter du 1er avril prochain, du mandat du pr&eacute;sident de Monoprix Philippe Houz&eacute;, alors qu'il devait initialement revenir &agrave; Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>

PARIS (Reuters) - Casino a confirmé mardi avoir assigné en justice les Galeries Lafayette et leurs représentants au conseil d‘administration de Monoprix, filiale commune au centre d‘un conflit entre les deux groupes.

Ce nouvel épisode du bras de fer juridico-financier entre les deux distributeurs porte sur la prolongation d‘un an, à compter du 1er avril prochain, du mandat du président de Monoprix Philippe Houzé, alors qu‘il devait initialement revenir à Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino.

“Casino confirme avoir délivré la semaine dernière une assignation au tribunal de commerce de Paris de Galeries Lafayette, Philippe Houzé, Ginette Moulin (présidente du conseil de surveillance des Galeries Lafayette et dont la famille contrôle le groupe-ndlr) et Philipe Lemoine (administrateur de Monoprix)”, déclare-t-on chez Casino.

“L‘objectif est d‘obtenir le respect des accords liant Galeries Lafayette et Casino qui prévoient que Casino assume la présidence de Monoprix à partir du 31 mars 2012.”

Casino et les Galeries Lafayette, qui détiennent chacun la moitié du capital de Monoprix, ont mis sur la place publique le mois dernier leur désaccord sur la valorisation de l‘enseigne.

Selon un protocole d‘accord conclu entre eux, les Galeries Lafayette peuvent exercer depuis le 1er janvier une option de vente de leur participation. Mais les deux camps divergent sur la valorisation de celle-ci et les Galeries Lafayette ont assigné Casino en justice sur ce volet du dossier.

Fin février, Jean-Charles Naouri avait jugé que le climat n’était “pas propice” aux discussions entre les deux parties et s’était dit prêt à faire valoir les droits de son groupe.

Casino estime la valeur de la participation des Galeries Lafayette à 700 millions d‘euros alors que les grands magasins la valorisent à 1,95 milliard.

Dominique Vidalon, avec la contribution de Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below