19 mars 2012 / 09:48 / dans 6 ans

Chute de 92% du bénéfice net annuel de Rusal

<p>Locaux de Rusal &agrave; Moscou. Le num&eacute;ro un mondial de l'aluminium annonce une baisse de 92% de son b&eacute;n&eacute;fice net annuel, cons&eacute;quence d'une lourde d&eacute;pr&eacute;ciation de sa participation dans le groupe minier Norilsk Nickel, en pleine bataille d'influence entre oligarques sur sa strat&eacute;gie financi&egrave;re. /Photo prise le 19 mars 2012/REUTERS/Denis Sinyakov</p>

HONG KONG (Reuters) - Rusal, le numéro un mondial de l‘aluminium, a annoncé lundi une baisse de 92% de son bénéfice net annuel, conséquence d‘une lourde dépréciation de sa participation dans le groupe minier Norilsk Nickel, en pleine bataille d‘influence entre oligarques sur sa stratégie financière.

Le groupe russe a expliqué s‘attendre à voir les cours de l‘aluminium rester sous pression à court terme après la chute de la fin 2011, en raison de la volatilité des marchés mondiaux et d‘un excès de stocks.

Et ceci même si la demande s‘annonce solide en 2012, soutenue par les perspectives de croissance dans les pays en développement.

L‘action Rusal gagnait plus de 4% en fin de séance à la Bourse de Hong Kong, sa principale place de cotation. Elle avait chuté de 14% la semaine dernière après les déclarations de son ancien président, le milliardaire Viktor Vekselberg, qui a évoqué une “crise profonde” au sein du groupe après sa démission surprise mardi.

Le groupe a menacé dimanche de poursuivre en justice Viktor Vekselberg, lui reprochant d‘avoir, par ses propos, terni la réputation de l‘entreprise et nui aux intérêts des actionnaires. Il a nommé à sa présidence le patron de la Bourse de Hong Kong, Barry Cheung.

L‘ex-président, qui détient avec un associé 15,8% du capital de Rusal, est en conflit désormais ouvert avec Oleg Deripaska, un autre milliardaire, premier actionnaire du groupe.

Le désaccord entre les deux hommes a souligné les tensions liées à l‘endettement du groupe, qui avoisine 8,4 milliards d‘euros après le rachat d‘un quart de Norilsk Nickek pour 10,6 milliards en 2008.

Viktor Vekselberg souhaite rétrocéder cette participation à Norilsk mais Oleg Deripaska s‘y oppose et il a jusqu’à présent obtenu gain de cause.

En 2011, le bénéfice net du groupe est tombé à 237 millions de dollars (180 millions d‘euros) contre 2,87 milliards en 2010, alors que 22 analystes interrogés par Thomson Reuters I/B/E/S prévoyaient en moyenne un profit de 1,91 milliard.

Le bénéfice net ajusté, présenté par le groupe comme le principal indicateur des performances de son coeur de métier, a progressé de 25% à 987 millions de dollars en raison d‘une baisse du coût de la dette.

La production annuelle d‘aluminium a augmenté de 1% à 4,12 millions de tonnes et celle d‘alumine de 4% à 8,15 millions de tonnes.

Alison Leung, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below