1 mars 2012 / 15:44 / il y a 6 ans

L'UE peine toujours à concilier austérité et croissance

par Julien Toyer et Emmanuel Jarry

<p>Herman Va Rompuy (deuxi&egrave;me &agrave; gauche) aux c&ocirc;t&eacute;s de Jos&eacute; Manuel Barroso, jeudi &agrave; Bruxelles, &agrave; la veille d'un sommet europ&eacute;en qui devrait une nouvelle fois confirmer les difficult&eacute;s de l'Union europ&eacute;enne &agrave; concilier lutte contre la crise de la dette et relance de l'&eacute;conomie. /Photo prise le 1er mars 2012/REUTERS/Yves Herman</p>

BRUXELLES (Reuters) - Un mois après un premier sommet sur les politiques de croissance, l‘Union européenne peine toujours à trouver la bonne formule afin d‘associer austérité budgétaire et soutien de l‘activité économique alors que la zone euro devrait connaître en 2012 sa seconde récession en trois ans.

Longtemps attendue, une décision sur le renforcement des capacités du futur Mécanisme européen de stabilité (MES) n‘interviendra finalement pas cette semaine, de même que le feu vert final sur le deuxième plan d‘aide à la Grèce, qui devra attendre la mi-mars.

Après s’être résolument engagés dans une réduction drastique de leurs déficits publics, qui avaient explosés à la suite de la crise financière de l‘automne 2008, les Européens cherchent désormais à créer les bases d‘un retour de la croissance.

La Commission européenne s‘attend à une contraction de l‘activité économique de 0,3% dans la zone euro en 2012 et à une stagnation de l‘activité dans l‘ensemble de l‘UE.

Un retournement de tendance est une condition sine qua non à une extinction de la crise de la dette qui dure depuis 2010.

Un groupe de pays emmené notamment par l‘Italie et l‘Espagne, durement touchés par les mesures d‘austérité adoptées depuis l’été 2011, a engagé depuis plusieurs semaines une discussion avec les autorités européennes.

Douze pays ont écrit la semaine dernière aux présidents du Conseil européen, Herman van Rompuy, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso, pour leur demander une nouvelle impulsion susceptible de doper l’économie européenne.

Le nouveau gouvernement espagnol de centre-droit de Mariano Rajoy a quant à lui intensifié son lobbying auprès des responsables européens afin que les objectifs de déficit agréés avec Bruxelles soient adoucis.

L‘Espagne a annoncé mardi que son déficit pour 2011 serait de 8,5% du PIB contre un peu plus des 6% attendus. Le pays s‘est engagé à ramener son déficit à 4,4% du PIB d‘ici la fin de l‘année, mais cet objectif signifierait réaliser plus de 40 milliards d‘euros d’économies, une somme jugée irréaliste dans un pays qui entre dans sa seconde récession en trois ans.

OFFENSIVE ESPAGNOLE

Plusieurs sources de haut rang ont indiqué mercredi à Reuters que Mariano Rajoy avait convaincu l‘Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et une poignée d‘autres pays de soutenir son offensive afin que la Commission accepte de revoir les objectifs de déficit pour 2012.

Mais plusieurs sources de haut rang ont indiqué jeudi qu‘aucune décision n‘interviendrait lors du sommet européen et qu‘il revenait avant tout à Madrid de poursuivre ses discussions avec la Commission européenne.

Cette dernière a prévenu qu‘elle n‘avait aucune intention d’être flexible sur les objectifs avant de connaître les raisons du dérapage de 2011 et d‘avoir les détails de nouvelles mesures d‘austérité en préparation à Madrid.

Ce bras de fer a aussi valeur de test pour l‘exécutif communautaire alors que de nouveaux pouvoirs de surveillance budgétaire viennent de lui être confiés.

A son arrivée à une réunion des ministres des Finances de la zone euro organisée en prélude au Conseil européen, le ministre espagnol de l‘Economie Luis de Guindos a assuré qu‘il s‘emploierait à lever les doutes de ses collègues mais il s‘est aussi voulu prudent.

“Nous n‘attendons rien aujourd‘hui. Je ne me prononcerai pas sur les chiffres (...) Ce que nous allons faire, c‘est expliquer les chiffres de l‘année écoulée et quels sont les éléments principaux du budget 2012, qui seront approuvés demain par le gouvernement”, a-t-il dit.

“L‘Espagne remplira ses obligations en termes de consolidation fiscale, en prenant en compte que les circonstances ont changé”, a-t-il ajouté.

AIDE GRECQUE

Dix jours après l‘accord intervenu entre ministres des Finances de la zone euro sur un deuxième plan d‘aide à la Grèce, les chefs d‘Etat et de gouvernement des Vingt-Sept feront le point sur la mise en oeuvre des décisions en vue de débourser l‘aide à temps pour éviter un défaut incontrôlé du pays sur sa dette dans la troisième semaine de mars.

La Grèce a officiellement lancé vendredi son offre d’échange de dette pour les porteurs privés d‘obligations afin d‘effacer plus de 100 milliards d‘euros de dette dans le cadre du plan de sauvetage de 130 milliards d‘euros qui lui a été consenti.

Mais avant de décaisser les premiers fonds, plusieurs pays, dont l‘Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande, souhaitent vérifier si Athènes a bien mis en oeuvre un programme de 38 actions prioritaires qui lui avait été demandées.

“Nous sommes globalement satisfaits des avancées en Grèce, notamment en ce qui concerne les actions prioritaires (...) On va dans la bonne direction, je pense qu‘on peut avoir un accord là-dessus”, a déclaré le ministre français François Baroin.

Le parlement grec a approuvé des lois afin de réduire les salaires et les retraites ainsi qu‘une vaste réforme du système de santé, autant de conditions exigées par les autres membres de la zone euro et le Fonds monétaire international, qui doit encore décider mi-mars de sa contribution au plan d‘aide.

Si une décision finale n‘intervenait pas jeudi, ce qu‘a laissé entendre le ministre néerlandais Jan Kees de Jager, il n‘est pas exclu qu‘un sommet extraordinaire soit organisé à cet effet d‘ici la fin du mois de mars.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below