29 février 2012 / 06:44 / il y a 6 ans

Nexter discute alliances en Europe

<p>Chars Leclerc sur les Champs-Elys&eacute;es. Nexter, fabricant du v&eacute;hicule militaire fran&ccedil;ais, cherche &agrave; s'allier &agrave; des groupes en Europe, dans un march&eacute; qu'il juge trop fragment&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer</p>

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Nexter cherche à s‘allier à des groupes en Europe, dans un marché qu‘il juge trop fragmenté, après avoir tenté l‘an dernier un rapprochement avec les français Renault Trucks Defense et Panhard, a déclaré le PDG du fabricant du char Leclerc, lors d‘une interview à Reuters.

L‘ex-Giat Industries, qui a publié mercredi des résultats en baisse pour 2011, discute avec les allemands Rheinmettal et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), l‘italien Oto Melara (Finmeccanica) et le finlandais Patria, a précisé Philippe Burtin.

Outre les américains General Dynamics et Oshkosh et le britannique BAE Systems, les groupes européens d‘armement terrestre voient désormais venir des concurrents de Turquie, de Chine, de Corée du Sud ou d‘Afrique du Sud.

“Très clairement, face à une telle pression des pays émergents, la consolidation doit se développer - aussi bien la consolidation en France que des regroupements en Europe, a déclaré Philippe Burtin. L‘ambition de Nexter est de participer à la consolidation en France et de préparer une alliance majeure en Europe.”

En France, Nexter discute de la fusion de sa division de munitions avec TDA, celle de Thales, pour donner naissance à un ensemble au chiffre d‘affaires de quelque 250 millions d‘euros. En échange, Thales prendrait une participation de 25% dans Nexter, dont l‘Etat français est actuellement l‘unique actionnaire.

“Nous sommes raisonnablement orientés vers une conclusion à l’été, a dit Philippe Burtin. Le processus se développe sans difficulté.”

Il n‘a pas non plus exclu de reprendre des discussions avec Renault Trucks Defense (groupe Volvo) et Panhard, qui pour l‘heure discutent ensemble, ainsi que l‘avait reconfirmé à Reuters début février Christian Mons, le PDG de Panhard.

Pour l‘heure, Nexter coopère avec RTD sur le véhicule blindé multirôle (VBMR), futur remplaçant du véhicule de l‘avant blindé (VAB), destiné au transport de troupes et pour lequel la Direction générale de l‘armement (DGA) compte lancer un appel d‘offres au second semestre au plus tard.

OFFENSIVE À L‘EXPORT

<p>Philippe Burtin, PDG de Nexter. Le fabricant du char Leclerc Systems, cherche &agrave; s'allier &agrave; des groupes en Europe, dans un march&eacute; qu'il juge trop fragment&eacute;, apr&egrave;s avoir tent&eacute; l'an dernier un rapprochement avec les fran&ccedil;ais Renault Trucks Defense et Panhard. /Photo prise le 29 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>

Nexter a réalisé en 2011 un chiffre d‘affaires de 851 millions d‘euros, après un pic à 1.076 millions en 2010, dans un marché concurrentiel où les prix sont tirés vers le bas. Le groupe prévoit pour 2012 à nouveau une légère baisse de son chiffre d‘affaires, mais avec une poursuite de la hausse de ses prises de commandes, qui ont déjà progressé à 633 millions d‘euros en 2011 contre 601 millions en 2010.

Sa marge opérationnelle courante a reculé d‘un point à 11,5% l‘an passé, tandis que le résultat net a baissé à 114 millions contre 164 millions.

Nexter cherche à trouver un second souffle hors de France, avec déjà près de 210 offres à l‘export en 2011, soit deux fois plus qu‘en 2010.

“Nexter est de retour dans les grandes compétitions”, a fait valoir Philippe Burtin. “Nous n‘avons jamais été autant actifs à l‘exportation que sur les 18 derniers mois.”

Nexter a créé l‘an passé une filiale au Canada, où il participe à un appel d‘offres pour 138 véhicules de combat rapproché (VCR), et est en train d‘en créer une en Inde, en nouant des partenariats avec des acteurs locaux.

“Nous n‘avons aucun problème d‘accès aux marchés. Nous avons connaissance de toutes les consultations, a dit Philippe Burtin. J‘allais même dire : dans certains cas, on vient nous chercher.”

Le groupe, qui a mis en place l‘an passé un plan baptisé “Grand Large” destiné à réduire de 25% ses coûts de revient afin d’être plus compétitif, cherche également à élargir sa gamme, avec notamment un petit robot de cinq kilos jetable par-dessus un mur, utile pour des opérations de reconnaissance en zones urbaines.

“Il y a une dizaine, une quinzaine d‘années, nous étions très centrés sur les plates-formes, les armes, les munitions, a dit Philippe Burtin. Notre ambition est maintenant de faire de Nexter le fournisseur des forces terrestres pour tout ce qui peut les équiper en termes de systèmes, produits et services.”

Nexter s‘est notamment associé à Veolia Environnement, RTD, Panhard et Sofema Groupe pour proposer un service de déconstruction de matériels militaires.

Edité par Julien Ponthus

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below