27 février 2012 / 08:19 / il y a 5 ans

Kingfisher Airlines discute sauvetage avec deux compagnies

<p>La compagnie a&eacute;rienne indienne Kingfisher Airlines discute avec deux concurrentes &eacute;trang&egrave;res d'un plan de sauvetage qui pourrait &ecirc;tre annonc&eacute; dans les jours &agrave; venir, a d&eacute;clar&eacute; son pr&eacute;sident Vijay Mallya, sans en r&eacute;v&eacute;ler les noms. /Photo prise le 21 f&eacute;vrier 2012/Parivartan Sharma</p>

NEW DELHI (Reuters) - La compagnie aérienne indienne Kingfisher Airlines discute avec deux concurrentes étrangères d'un plan de sauvetage qui pourrait être annoncé dans les jours à venir, déclare lundi son président Vijay Mallya, dans un entretien au Times.

Le milliardaire indien, qui contrôle 58% de Kingfisher, précise qu'il s'est assuré du feu vert du gouvernement indien en vue d'une modification de la loi limitant l'entrée de groupes étrangers dans le capital de compagnies aériennes du pays.

Il ajoute que les deux compagnies intéressées par le sauvetage de Kingfisher, qu'il ne nomme pas, sont prêtes à investir dans le groupe dès l'annonce d'une modification de la loi.

Selon une source financière anonyme citée par le Times, l'une des compagnies en discussions est International Airlines Group, la holding née de la fusion de British Airways et d'Iberia.

IAG a qualifié de spéculations l'article du journal britannique.

"Le processus visant à permettre à des compagnies étrangères d'investir dans des transporteurs indiens n'a pas encore totalement abouti et ce serait une erreur à ce stade de spéculer sur un intérêt d'IAG pour une compagnie indienne", ajoute la holding dans un communiqué.

Le Times ajoute qu'Etihad Airways, compagnie basée à Abou Dhabi, a également discuté la possibilité d'une entrée au capital de Kingfisher.

Un porte-parole de la compagnie indienne n'a pas répondu à un courrier électronique sollicitant une réaction aux informations du Times.

Kingfisher, qui a drastiquement baissé le nombre de ses vols, n'a pas versé depuis des mois de salaire à bon nombre de ses employés, ce qui a provoqué des démissions en série.

Dans un courrier électronique envoyé aux salariés, Vijay Mallya assure que ceux qui resteront fidèles à Kingfisher seront récompensés.

La semaine dernière, des sources bancaires avaient dit que les créanciers de la compagnie avaient refusé de lui accorder des prêts supplémentaires.

Sanjeev Choudhary, avec Rhys Jones à Londres, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below