18 février 2012 / 21:48 / dans 6 ans

Le gouvernement grec valide les nouvelles mesures d'austérité

ATHENES (Reuters) - Le gouvernement grec a approuvé samedi la version définitive des mesures d‘austérité réclamées par l‘Union européenne et le FMI pour débloquer un plan d‘aide de 130 milliards d‘euros.

<p>Manifestant oppos&eacute; aux nouvelles mesures d'aust&eacute;rit&eacute; devant le Parlement &agrave; Ath&egrave;nes. Le gouvernement grec a approuv&eacute; samedi la version d&eacute;finitive des mesures d'aust&eacute;rit&eacute; r&eacute;clam&eacute;es par l'Union europ&eacute;enne et le FMI pour d&eacute;bloquer un plan d'aide de 130 milliards d'euros. /Photo prise le 18 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Yiorgos Karahalis</p>

Le feu vert du gouvernement était une formalité après l‘adoption, la semaine dernière, d‘une série de mesures visant à économiser 325 millions d‘euros au moyen notamment de réductions de salaires, de traitements et de pensions de retraite.

“Ces mesures d‘austérité ont été approuvées à l‘unanimité”, a déclaré un ministre, qui a souhaité conserver l‘anonymat.

Le gouvernement a au cours de la même réunion fixé au 8 mars la date d‘ouverture de l’échange d‘obligations souveraines grecques détenues par des créanciers privés, avec l‘espoir de compléter l‘opération avant le 11 mars, a précisé une source officielle.

Cet échange se traduira par une décote de 70% de la valeur réelle des créances détenues par les investisseurs privés.

Le gouvernement grec espère que ces initiatives permettront l‘adoption du plan de sauvetage par les pays membres de la zone euro lors de leur sommet à Bruxelles, lundi.

“Les Grecs ont fait tout ce qu‘ils pouvaient et nous sommes déterminés à tenir nos engagements”, a déclaré le ministre de l‘Ordre public, Christos Papoutsis.

Le Premier ministre Lucas Papadémos a regretté dans un communiqué de devoir se résoudre à une nouvelle baisse des retraites mais assuré que l‘impact de cette mesure resterait limité car elle ne concerne que les pensions d‘un montant supérieur à 1.300 euros.

“Nous sommes tous d‘accord pour dire que le soutien de l‘activité économique est notre priorité”, a-t-il ajouté, sans préciser quelles mesures il entend éventuellement prendre pour relancer la croissance.

Selon un sondage réalisé pour le journal Realnews de dimanche, 72,7% des Grecs souhaitent un maintien de la Grèce dans la zone euro, mais seulement la moitié d‘entre eux pensent qu‘elle va y parvenir.

George Georgiopoulos, Tangi Salaün pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below