14 février 2012 / 17:43 / il y a 6 ans

Paris et les Bourses européennes finissent dans le rouge

<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>

PARIS (Reuters) - Les marchés d'actions et l'euro sont en repli mardi, sur des ventes au détail jugées décevantes aux Etats-Unis, couplées à l'incertitude sur le dossier grec et à la décision de Moody's lundi d'abaisser la note de six pays de la zone euro ainsi que la perspective de trois autres, dont la France.

A Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 0,26 % (-8,91 points) à 3.375,64 points. Le Dax allemand a cédé 0,15%, le FTSE britannique 0,10% et l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 0,13%.

Les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté moins que prévu en janvier (+0,4% contre +0,7% attendus), les achats d'automobiles ayant été moins nombreux, tout comme les dépenses sur internet.

Ces chiffres ont éclipsé un bon indice ZEW du sentiment des investisseurs allemands, passé contre toute attente à 5,4 en février contre -21,6 en janvier et laissant espérer que le récent ralentissement de la croissance en Allemagne ne durera pas.

Le gouvernement grec s'efforce par ailleurs toujours de trouver 325 millions d'euros d'économies supplémentaires dans l'espoir de convaincre définitivement les responsables de la zone euro de débloquer le plan d'aide financière censé épargner la faillite à Athènes.

Les valeurs bancaires figurent parmi les plus fortes baisses (-1,23%). A Paris, Crédit agricole a reculé de 4,97%, signant la plus forte baisse du CAC 40, suivie de Société générale (-3,69%)et de BNP Paribas (-2,36%).

ThyssenKrupp a cédé 3,77% après avoir publié une perte surprise pour le premier trimestre de son exercice fiscal, avec un ralentissement de la demande d'acier dans un contexte de croissance faible, une hausse des coûts dans son usine brésilienne et une provision passée sur son activité de chantiers navals.

Goodyear recule de 5,6%. Le fabricant de pneus a annoncé mardi un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes.

Pâtissant des avertissements de Moody's la veille à l'encontre de plusieurs pays de la zone euro, la monnaie unique recule sous 1,3140 dollar. Le yen s'est aussi nettement replié après l'assouplissement monétaire de la Banque du Japon, mais l'impact sur la devise nippone pourrait être de courte durée car les inquiétudes sur la zone euro en font toujours une valeur refuge.

La BoJ a annoncé mardi un nouvel assouplissement de sa politique monétaire par le biais d'une augmentation de près de 100 milliards d'euros de ses rachats d'actifs et a fixé un objectif d'inflation à court terme à 1%.

Le dollar est par la suite monté à son plus haut depuis le 1er novembre, à 78,46 yens, tandis que l'euro est monté à plus de 103 yens.

L'Espagne, l'Italie et la Belgique ont vu leurs coûts de financement se replier lors d'une série d'adjudications dans la matinée.

Les coûts d'emprunt à trois ans de l'Etat italien sont tombés à leurs plus bas depuis mars, en dépit d'un abaissement de la note souveraine du pays la veille, les prêts bon marché de la BCE soutenant toujours la demande sur le marché de la dette.

Dans un contexte incertain, les investisseurs sont prudents sur les marchés du pétrole, les cours de brut et de Brent restant inchangés par rapport à la veille, autour de 100 et 118 dollars respectivement.

Natalie Huet pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below