13 janvier 2012 / 15:33 / il y a 6 ans

S&P aurait dégradé la note souveraine de la France

PARIS (Reuters) - La note souveraine de la France a été dégradée par l'agence de notation Standard & Poor's, déclarent vendredi plusieurs chaînes de télévision françaises, citant une source gouvernementale.

Personne n'était disponible dans l'immédiat au ministère des Finances, au Trésor français, à l'Elysée et à Matignon pour commenter cette information.

Selon le Financial Times, les notes de la France et de l'Autriche ont été abaissées d'un cran à AA+.

La dégradation de la note française était attendue après le placement sous surveillance avec implication négative des notes souveraines de 15 pays de la zone euro par S&P.

Parmi les pays bénéficiant de la note AAA, la meilleure possible, placés sous surveillance négative, seule la France était menacée d'être abaissée de deux crans.

L'agence Moody's a quant a elle annoncé le 12 décembre qu'elle réexaminerait les notes des pays de l'Union européenne au cours du premier trimestre.

Un responsable de Fitch Ratings, la troisième grande agence de notation mondiale, a dit mardi à Reuters que la note AAA de la France ne devrait pas être abaissée en 2012.

S&P a refusé de commenter les informations faisant état d'une annonce imminente d'un abaissement des notes de plusieurs pays de la zone euro.

Une source haut placée de la zone euro a dit à Reuters que des abaissements de note de plusieurs pays de la zone euro seraient annoncés vendredi, ce qui a fait chuter les Bourses et l'euro.

"Une dégradation de la note française est déjà en partie actée. Ce qu'il faut regarder c'est la direction et la vitesse du changement de notation", a déclaré Adrien Fuchs, associé gérant chez DTAM.

L'avenir du AAA français se décidera sur quatre fronts, avait dit S&P début décembre : la réponse européenne à la crise - jusqu'ici laborieuse -, des promesses de baisse du déficit probablement trop belles, des banques sous pression et une BCE qui n'aidera peut-être pas la France autant qu'elle pourrait en avoir besoin.

Les cinq autres pays AAA de la zone euro avaient également été placés sous surveillance avec implication négative par S&P. Mais le critère strictement budgétaire n'avait pas été retenu dans leur cas.

Jean-Baptiste Vey, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below