30 décembre 2011 / 06:38 / dans 6 ans

EDF et les actionnaires d'Edison défendent le prix négocié

<p>Le prix n&eacute;goci&eacute; entre EDF et les actionnaires italiens d'Edison pour permettre &agrave; l'&eacute;lectricien fran&ccedil;ais de racheter son homologue transalpin r&eacute;sulte des n&eacute;gociations et est conforme au prix de march&eacute; moyen sur les 12 derniers mois, ont d&eacute;clar&eacute; jeudi les groupes concern&eacute;s. Ce communiqu&eacute; commun vise &agrave; satisfaire la Consob, l'autorit&eacute; des march&eacute;s italiens, qui a demand&eacute; &agrave; EDF et aux principaux actionnaires italiens de clarifier les termes de la transaction et d'expliquer notamment comment le prix a &eacute;t&eacute; fix&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Ina Fassbender</p>

MILAN (Reuters) - Le prix négocié entre EDF et les actionnaires italiens d‘Edison pour permettre à l’électricien français de racheter son homologue transalpin résulte des négociations et est conforme au prix de marché moyen sur les 12 derniers mois, ont déclaré jeudi les groupes concernés.

Ce communiqué commun vise à satisfaire la Consob, l‘autorité des marchés italiens, qui a demandé à EDF et aux principaux actionnaires italiens, emmenés par l’électricien A2A, de clarifier les termes de la transaction et d‘expliquer notamment comment le prix a été fixé.

EDF a annoncé mardi qu‘il verserait 0,84 euro par action, soit un montant total de 700 millions d‘euros, pour porter sa participation directe et indirecte dans Edison de 50% à 81% en rachetant les parts de plusieurs autres grands actionnaires du numéro deux italien de l’électricité.

Cette montée au capital devrait déclencher une offre obligatoire sur les titres des actionnaires minoritaires, dont le prix doit être déterminé par la Consob. L‘autorité italienne doit confirmer que le prix de l‘offre aux minoritaires ne dépassera pas le prix offert par EDF.

L‘action Edison a clôturé à 0,8185 euro jeudi, tandis qu‘EDF a gagné 2,08% à 18,69 euros.

La Consob a également demandé davantage de détails sur la partie de l‘accord qui prévoit qu‘Edison fournisse pendant six ans du gaz au prix de marché à Edipower, filiale qu‘EDF a accepté de céder aux actionnaires italiens pour sceller l‘opération.

“Concernant les accords de fourniture de gaz entre Edipower et Edison, il est spécifié que l‘accord obtenu est préliminaire, est dans l‘intérêt des deux sociétés et ne comporte pas encore de conditions spécifiques autres que celles rendues publiques”, précise le communiqué commun.

“C‘EST UN BON PRIX”

S‘exprimant dans un entretien publié jeudi par le quotidien italien Il Sole 24 Ore, le PDG d‘EDF Henri Proglio s‘est dit confiant dans la décision que prendra la Consob sur le projet.

“C‘est un bon prix, fondé sur une valorisation correcte, sur le cours moyen des 12 derniers mois. Nous attendons avec confiance la décision de la Consob”, a-t-il dit.

<p>R&eacute;p&eacute;tition: coquille dans le titre de la photo. / Le prix n&eacute;goci&eacute; entre EDF et les actionnaires italiens d'Edison pour permettre &agrave; l'&eacute;lectricien fran&ccedil;ais de racheter son homologue transalpin r&eacute;sulte des n&eacute;gociations et est conforme au prix de march&eacute; moyen sur les 12 derniers mois, ont d&eacute;clar&eacute; jeudi les groupes concern&eacute;s. Ce communiqu&eacute; commun vise &agrave; satisfaire la Consob, l'autorit&eacute; des march&eacute;s italiens, qui a demand&eacute; &agrave; EDF et aux principaux actionnaires italiens de clarifier les termes de la transaction et d'expliquer notamment comment le prix a &eacute;t&eacute; fix&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Ina Fassbender</p>

Jeudi, le conseil de surveillance et le comité exécutif d‘A2A ont tous deux validé l‘accord provisoire conclu avec EDF pour remanier le tour de table d‘Edison.

Prié de dire si l’électricien italien resterait coté en Bourse si l‘accord est finalisé, Henri Proglio a répondu dans l‘interview que tout dépendrait du déroulement du processus.

“Notre intention est de le garder coté (...) je dirais qu‘il y a 95% de chances qu‘Edison reste coté”, a-t-il dit.

Le PDG d‘EDF a ajouté que l‘accord trouvé était bien plus avantageux financièrement pour le groupe public français que les précédents accords conclus en octobre et mars, mais qui ne s’étaient pas concrétisés.

“D‘un point de vue industriel, il est assurément plus simple. De plus, je ne supporte pas de ne pas avoir le contrôle total de notre présence sur un marché”, a poursuivi Henri Proglio.

D‘un point de vue financier, les deux premiers accords étaient plus intéressants pour A2A. “Pour les partenaires italiens, c‘est un accord politiquement vendable”, a-t-il estimé.

Le dernier accord prévoit que les actionnaires italiens obtiennent des actifs de valeur dans la production d’électricité leur permettant de devenir l‘un des principaux producteurs de la péninsule.

Henri Proglio a également indiqué qu‘Edison étudierait ses possibilités de croissance par acquisition.

“Il y a de nombreux actifs sur le marché, et des opérateurs étrangers qui ont l‘intention de vendre”, a-t-il souligné.

L‘idée d‘un retrait partiel de l‘allemand E.ON du marché italien fait ainsi l‘objet de spéculations croissantes.

Antonella Ciancio et Stephen Jewkes; Marc Angrand et Gilles Guillaume pour le service français, édité par Jean Décotte

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below