26 décembre 2011 / 13:37 / il y a 6 ans

Durcissement des normes européennes d'émissions des véhicules

<p>L'Union europ&eacute;enne va maintenir l'an prochain son avance en mati&egrave;re d'&eacute;missions de CO2 du secteur automobile en durcissant d'un cran suppl&eacute;mentaire l'objectif qu'elle fixe aux constructeurs. /Photo d'archives/REUTERS</p>

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - L‘Union européenne va maintenir l‘an prochain son avance en matière d’émissions de CO2 du secteur automobile en durcissant d‘un cran supplémentaire l‘objectif qu‘elle fixe aux constructeurs.

A partir de 2012, les groupes immatriculant plus de 10.000 voitures par an sur le sol européen -les constructeurs de modèles de sport échappent pour l‘heure à la règle commune- devront se rapprocher progressivement de 130 grammes de CO2 par kilomètre parcouru pour les émissions moyennes de leurs nouvelles immatriculations.

Sur cet objectif, dix grammes peuvent correspondre à l‘introduction de biocarburants et à l‘amélioration des pneumatiques ou des systèmes de climatisation, le reste devant venir des motorisations et des gains de poids.

L‘an prochain, 65% des nouveaux véhicules ne devront pas dépasser en moyenne 130 grammes sous peine de sanctions. Celles-ci seront très progressives et commenceront à cinq euros par gramme excédentaire et par voiture, dans un premier temps.

Si l‘objectif moyen est établi à 130 grammes pour l‘ensemble des constructeurs, chaque groupe se verra fixer un objectif propre un peu différent selon la masse moyenne de sa gamme.

“La formule de calcul est destinée à garantir une concurrence non faussée entre les constructeurs, tout en tenant compte de leurs différences”, explique l‘Agence européenne pour l‘environnement, une des agences spécialisées de l‘Union européenne, dans un document publié le 20 décembre.

La stratégie, adoptée en 2007 par Bruxelles dans le cadre de la lutte contre les gaz à effet de serre et le réchauffement climatique, vise à réduire de 20% environ d‘ici 2015 les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves par rapport au niveau de 2006.

En 2011, les émissions moyennes en Europe dans l‘automobile sont en passe de tomber à 137,2 grammes, contre 140 grammes en 2010 et 161,3 grammes en 2006.

L‘Union européenne reste très en avance en termes d’émissions moyennes, mais les Etats-Unis et la Chine se sont fixé eux aussi des objectifs ambitieux, bien qu’à des horizons plus lointains. L‘administration Obama a ainsi proposé mi-novembre de réduire de moitié la consommation moyenne des voitures immatriculées sur le sol américain, progressivement entre 2017 et 2025.

RESTER RÉALISTES

Les données récapitulatives de 2010 qui accompagnent le document de l‘Agence européenne pour l‘environnement montrent que la plupart des constructeurs généralistes devraient atteindre facilement l‘objectif assigné pour 2012. A titre d‘exemple, 65% des immatriculations des deux marques du groupe PSA ont émis en moyenne 119 grammes sur l‘année prise pour référence, alors que l‘objectif 2012 est fixé pour le constructeur à 127 grammes.

Pour Fiat, meilleur élève en 2010 grâce à ses petites voitures et au GPL, très populaire en Italie, les émissions des deux tiers de la gamme ont atteint 115 grammes, contre un objectif de 119 grammes l‘année prochaine, et pour Toyota, deuxième grâce à l‘hybride, elles ont été de 112 grammes contre un objectif 2012 de 128 grammes.

PSA occupe la troisième place du classement, ex-aequo avec Seat (groupe Volkswagen). Renault vient en quatrième position et Volkswagen se classe septième.

Sur la base des émissions de 2010, Renault et VW devraient atteindre eux aussi facilement l‘objectif de 2012. En revanche, Dacia, la marque low cost du groupe au losange, affichait en 2010 sur 65% de sa gamme des émissions supérieures de 10 grammes à l‘objectif fixé pour 2012.

La tâche sera plus difficile les années suivantes puisqu‘en 2013, 75% de la gamme de chaque constructeur devra atteindre l‘objectif spécifique, puis 85% en 2014 et 100% en 2015.

Le régime des sanctions continuera parallèlement de se durcir, pour atteindre à terme 95 euros par gramme excédentaire et par voiture.

Le prochain objectif devrait être porté à 95 grammes à l‘horizon 2020, mais le calendrier pour y parvenir ne sera pas défini avant 2013. La Commission européenne doit aussi déterminer si la réflexion lancée par le Parlement européen sur une cible de 70 grammes d‘ici 2025 relève du possible.

“On ne peut pas simplement tirer une droite, les objectifs doivent rester réalistes car il y a toujours une limite au-delà de laquelle on ne peut plus aller sans nouvelle rupture technologique”, déclare à Reuters Joseph Beretta, délégué Energies, technologies et émissions chez PSA. “Mais le groupe aborde l‘année qui vient avec sérénité grâce à ses nouvelles technologies moteur et aux gains de poids.”

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below