for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Berlin relève ses prévisions de croissance pour 2011

BERLIN (Reuters) - Le gouvernement allemand a relevé jeudi sa prévision de croissance pour 2011, indiquant que la hausse des dépenses des consommateurs moins inquiets de perdre leur emploi avait marqué un tournant et placé l’économie allemande sur une très bonne voie.

Le gouvernement allemand a relevé sa prévision de croissance pour 2011, indiquant que la hausse des dépenses des consommateurs moins inquiets de perdre leur emploi avait marqué un tournant et placé l'économie allemande sur une très bonne voie. Berlin table désormais sur une croissance de 2,6% cette année, contre 2,3% lors de la précédente estimation. /Photo d'archives/REUTERS/Johannes Eisele

Berlin a annoncé prévoir désormais une croissance de 2,6% cette année contre 2,3% lors de la précédente estimation, et anticipe également un record de 41 millions d’actifs occupés en 2012 tandis que les revenus des ménages devraient progresser de 3,3% en 2011 et en 2012.

Ces prévisions serviront de base pour les estimations des recettes fiscales qui auront lieu mi-mai.

“La faiblesse presque traditionnelle de la consommation allemande a été surmontée. La croissance de la consommation des ménages est significativement supérieure à celle des dernières décennies”, a déclaré le ministre allemand de l’Economie Rainer Brüderle lors d’un point presse.

La première économie d’Europe s’est redressée plus rapidement que prévu après avoir subi sa plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale et les indicateurs économiques font état d’un rythme de croissance soutenu, ignorant les problèmes de dette souveraine rencontrés dans d’autres pays de la zone euro.

“Le gens ont retrouvé la confiance dans l’avenir”, a souligné Rainer Brüderle.

Selon l’hypothèse d’un baril de brut à 115 dollars, les prix à la consommation vont augmenter de 2,4% cette année, pour ralentir à 1,9% en 2012, a précisé le gouvernement.

Il prévoit une croissance de 1,8% pour 2012 et de 1,75% en moyenne par an jusqu’en 2015.

Cette nouvelle prévision se rapproche de celle du principal institut de recherche économique du pays qui prédit une croissance de 2,8% en 2011 et de 2,0% en 2012.

Le moral des investisseurs s’est affaibli ces dernières semaines en raison de la situation au Japon et aux troubles dans le monde arabe, mais les indicateurs concrets font toujours état d’une croissance solide.

La semaine dernière, le gouvernement a annoncé une augmentation des commandes et de la production dans l’industrie en février très supérieure aux attentes.

Il a également fait état d’un taux de chômage en mars à son plus bas niveau en 20 ans, à 7,1%.

Les importations explosent également. Sur la période janvier-février, les importations en provenance de pays de l’Union européenne ont progressé de 21,2%, sur une base non ajustée, par rapport à la même période l’an passé.

Les économistes estiment que les principaux risques qui pèsent sur la croissance allemande sont les prix élevés de l’énergie, les troubles dans le monde arabe, la crise nucléaire au Japon et la crise de la dette souveraine en zone euro.

Thomas Atkins et Christiaan Hetzner, Florent Le Quintrec pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up