October 19, 2010 / 12:40 PM / 9 years ago

La Chine surprend les marchés avec sa hausse des taux

par Aileen Wang et David Stanway

Liasses de yuan. La Banque populaire de Chine a surpris les marchés avec une première hausse des taux directeurs depuis près de trois ans, décision qui atteste de ses craintes vis-à-vis de l'inflation et de la spéculation. /Photo prise le 19 octobre 2010/REUTERS/Petar Kujundzic

PEKIN (Reuters) - La Banque populaire de Chine a surpris les marchés mardi en annonçant le premier relèvement de ses taux directeurs depuis près de trois ans, une décision qui atteste de ses craintes vis-à-vis de l’inflation et de la hausse de la valeur des actifs.

Certains analystes estiment que ce durcissement de la politique monétaire chinoise pourrait résulter d’un accord entre Pékin et Washington, alors que le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner a assuré lundi qu’il n’était pas question de dévaluer le dollar pour soutenir l’économie des Etats-Unis.

D’autres pensent en revanche que c’est la situation de l’inflation en Chine qui a incité les autorités chinoises à prendre une telle décision, sans doute prise en accord avec le Premier ministre Wen Jiabao.

Le Trésor américain a annulé vendredi la publication d’un rapport dans lequel il était susceptible d’accuser la Chine de manipuler sa monnaie.

Les médias officiels rapportaient lundi que le vice-Premier ministre chinois Wang Qishan s’était entretenu avec Timothy Geithner après ce report, ce qui, de l’avis de cambistes, signifiait peut-être que Washington se satisfaisait de la hausse de plus de 2% du yuan observée depuis début septembre.

Le Quotidien du Peuple jugeait toutefois que cette hausse rapide ne durerait pas en l’absence d’amélioration suffisante de la conjoncture économique en Chine ou ailleurs pour l’étayer.

“Il est certain que cela fait penser que les Etats-Unis et la Chine ont passé une sorte d’accord qui verra peut-être les USA adopter une approche plus progressive du QE” (assouplissement quantitatif), a estimé Simon Derrick, spécialiste des changes chez Bank of New York Mellon après l’annonce du relèvement des taux chinois.

Les taux de dépôt et de prêt à un an sont relevés chacun d’un quart de point, à respectivement 2,5% et 5,56%, un relèvement sans précédent depuis décembre 2007.

Dans le sillage de cette annonce, le dollar a accentué sa remontée contre l’euro et le yen, tandis que les principales Bourses européennes ont plongé en territoire négatif et que Wall Street a ouvert en nette baisse.

L’euro, passé brièvement sous 1,38 dollar, se traitait autour de 1,3810 en fin d’après-midi en Europe contre 1,3945 lundi soir à New York.

L’appréciation du billet vert a pénalisé par ailleurs le cours spot de l’or, ramené autour de 1.340 dollars l’once, et le prix du pétrole, dont les cours perdaient deux dollars le baril.

ÉVITER DES DISTORSIONS

“Le relèvement des taux d’intérêt (chinois) n’était absolument pas prévu par le marché”, souligne Zhu Jiangfang, chef économiste chez CITIC Securities.

“La récente hausse de l’inflation a conduit les taux (d’intérêt réel) en territoire négatif et je pense que c’est la raison pour laquelle la banque centrale a dû relever ses taux aussi rapidement”, estime-t-il.

Selon certains observateurs, le temps est de toute façon venu pour la Chine de durcir encore davantage sa politique monétaire, après avoir déjà restreint le crédit et relevé le niveau des réserves obligatoires des banques pour éviter une surchauffe de son économie.

“Fondamentalement, les taux directeurs sont simplement trop bas pour une économie qui croît à un rythme d’environ 10% (par an). Pour éviter des distorsions plus importantes, la Chine doit commencer à ramener ses taux vers des niveaux plus appropriés”, estime Rob Subbaraman, économiste chez Nomura.

“L’économie chinoise semble découplée des autres grandes puissances, et sa politique (monétaire) devrait également l’être”, ajoute-t-il.

Un certain nombre d’économistes importants, parmi lesquels figurent des conseillers de la banque centrale chinoise, ont exhorté la Chine à relever son taux de dépôt afin de maintenir un taux réel positif, cependant que l’inflation a atteint 3,5% sur un an en août dans l’empire du Milieu, un rythme qui pourrait atteindre 3,6% en septembre selon les économistes.

Pour autant, certains ne manquent pas d’être surpris par cette décision alors que plusieurs responsables chinois ont assuré que l’inflation était maîtrisée et qu’un relèvement des taux pourrait accroître la spéculation.

La décision de la Banque populaire de Chine intervient à deux jours de la publication de plusieurs statistiques macroéconomiques, dont les chiffres de la croissance chinoise au troisième trimestre.

Selon les économistes interrogés par Reuters, l’économie chinoise devrait avoir décéléré à un rythme de croissance de 9,5% au troisième trimestre, après avoir enregistré une expansion de 10,3% en rythme annuel lors de la période avril-juin.

Avec les bureaux de New York, Londres, Tokyo, Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below