May 20, 2010 / 8:16 PM / 9 years ago

Les craintes sur la zone euro ont fait chuter Wall Street

NEW YORK (Reuters) - Les valeurs américaines ont fini en forte baisse jeudi, les investisseurs craignant les conséquences négatives de la crise de la dette de la zone euro sur la reprise économique mondiale.

LA CLÔTURE DE WALL STREET

L’indice Dow Jones des 30 industrielles a perdu 3,6% ou 376,36 points, à 10.068,01 points. Le Standard & Poor’s 500, plus large, a cédé 3,9% ou 43,46 points, à 1.071,59 points tandis que le Nasdaq Composite chutait de 4,11% ou 94,36 points à 2.204,01 points.

Par rapport à sa clôture du 23 avril, le S&P 500 a perdu 12%. C’est son plus mauvais jour depuis la fin avril 2009.

L’indice a également fini sous sa moyenne mobile à 200 jours, ce qui signifie que la baisse pourrait se poursuivre.

“Le facteur principal vient d’Europe. On craint toujours une crise de la dette là-bas et le fait qu’elle puisse se propager au système bancaire”, commente Bernie McSherry, trader chez Cuttone & Co à New York.

Les marchés sont inquiets à la fois par la crise de la dette grecque, mais aussi de la décision de l’Allemagne d’interdire unilatéralement certaines ventes à découvert.

L’indice de volatilité du Chicago Board Options Exchange (CBOE), surnommé “indice de la peur”, a un moment bondi de 31,3% à 46,37, son plus haut niveau en séance depuis plus d’un an. Il a fini en hausse de 29,6% à 45,79.

Les valeurs bancaires ont été parmi les titres les plus attaquées, l’indice du secteur KBW chutant de 5,1%. Les groupes énergétiques, dont l’indice sectoriel de S&P ont perdu 4,4%%, répercutant la chute des cours du pétrole.

Les statistiques macroéconomiques n’ont pas aidé les investisseurs à calmer leurs inquiétudes, puisque l’indice des indicateurs avancés américains a subi en avril sa première baisse depuis mars 2009 et que le nombre des inscriptions hebdomadaires au chômage a augmenté contre toute attente sur la semaine au 15 mai.

En outre, si l’indice “Philly Fed”, qui mesure l’activité économique dans la région de Philadelphie est ressorti en mai en hausse, celle-ci s’est révélée inférieure aux attentes des économistes.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below