July 27, 2020 / 4:22 PM / 11 days ago

Les actions hésitent, les voyages plongent, l'euro s'envole

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé lundi en léger repli ou à l’équilibre une séance marquée par un nouveau plongeon du secteur des transports et des loisirs, en première ligne dans la crise du coronavirus, et par la poursuite de l’envolée de l’euro, toujours porté par l’accord sur un fonds de relance européen et par la chute du dollar.

Les principales Bourses européennes ont terminé lundi en léger repli. À Paris, le CAC 40 a cédé 0,34%. Le Footsie britannique a perdu 0,2% et le Dax allemand a terminé sans changement. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a cédé 0,34% à 4.939,62 points. Le Footsie britannique a perdu 0,2% et le Dax allemand a terminé sans changement.

L’indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,24%, le FTSEurofirst 300 0,17% et le Stoxx 600 0,31%.

Le compartiment des transports et des loisirs a souffert de la décision inattendue prise par la Grande-Bretagne d’instaurer une “quatorzaine” à tous les voyageurs entrant sur son territoire en provenance d’Espagne.

La décision de Ryanair d’abaisser sa prévision de trafic passagers annuel en évoquant la menace d’une deuxième vague de COVID-19 a également pesé sur la tendance.

Outre la crise sanitaire, les tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine restent un motif d’inquiétude. Pékin a annoncé lundi avoir pris le contrôle des locaux du consulat américain de Chengdu, dans le centre de la Chine, après avoir ordonné vendredi sa fermeture en représailles à celle de son consulat à Houston (Texas) ordonnée la semaine dernière par Washington.

VALEURS EN EUROPE

L’indice Stoxx des transports et des loisirs a perdu 3,35%, la plus forte baisse sectorielle en Europe, après la décision britannique sur les voyageurs en provenance d’Espagne et les prévisions de Ryanair.

Le secteur des banques (-2,18%) n’est pas loin derrière avec notamment, à Paris, un repli de 3,78% pour Société Générale, la plus forte baisse du CAC 40.

La lanterne rouge du Stoxx 600 est pour le voyagiste TUI, qui a chuté de 11,37% à Londres. Les compagnies aériennes Ryanair, easyJet, Lufthansa, IAG et Air France-KLM ont perdu de 4% à plus 7%.

En hausse, SAP a pris 2,7% à Francfort après avoir annoncé son intention de scinder sa filiale Qualtrics, spécialisée dans l’étude du comportement des consommateurs en ligne, en vue d’une introduction en Bourse.

A Paris, Faurecia a d’abord été sanctionné pour la baisse de ses résultats semestriels avant de se retourner à la hausse sur sa promesse de renouer avec la profitabilité au second semestre. L’action de l’équipementier automobile a clôturé sur un gain de 6,36%, la plus forte hausse du SBF 120.

A WALL STREET

La Bourse de New York tente un rebond à l’heure de la clôture en Europe, portée par l’espoir de mesures supplémentaires de soutien à l’économie américaine.

Le S&P-500 et le Dow Jones, qui ont scellé vendredi un repli hebdomadaire après trois semaines de hausse, gagnent autour de 0,3% tandis que le Nasdaq prend plus de 1%.

La tendance est portée par l’annonce d’un accord de principe entre la Maison blanche et les sénateurs républicains sur un plan de soutien à l’économie américaine de 1.000 milliards de dollars. Ce plan doit maintenant faire l’objet de négociations avec le camp démocrate.

CHANGES

Après avoir déjà perdu 1,57% la semaine dernière, le dollar (-0,86%) recule toujours contre un panier de devises internationales sous l’effet conjugué des tensions sino-américaines et de la résurgence de l’épidémie aux Etats-Unis, qui pourrait compromettre la reprise de la première économie mondiale.

Le désintérêt des cambistes pour le dollar s’accompagne d’une large réévaluation de l’euro dans le sillage de l’accord européen sur un plan de relance.

La monnaie unique gagne 0,8% à 1,1747 dollar après avoir touché en séance un pic depuis septembre 2018 à 1,1763.

TAUX

Le niveau élevé des incertitudes dans l’environnement de marché profite aux emprunts d’Etat, dont les rendements reculent. Si celui des Treasuries à dix ans ne baisse que légèrement à 0,58%, celui de son équivalent allemand a en revanche abandonné cinq points de base à -0,49%.

MÉTAUX

Le nouvel accès de tensions diplomatiques, la crise sanitaire et la faiblesse du billet vert favorisent l’or, qui a bondi à un plus haut historique à 1.943,93 dollars l’once (+2%).

PÉTROLE

Les cours pétroliers sont en repli, affectés par les incertitudes géopolitiques et sanitaires. Les deux contrats de référence sur le brut perdent autour de 0,7%, à 42,55 dollars le baril pour le Brent de mer du Nord et 40,55 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

A SUIVRE MARDI

La journée de mardi sera marquée par une avalanche de résultats trimestriels d’entreprises dont ceux, à Paris, de Kering, PSA et Carrefour.

La Réserve fédérale américaine entamera par ailleurs deux jours de réunion monétaire dont les marchés n’attendent rien de spectaculaire.

édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below