for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Enquête élargie dans le scandale Wirecard, l'ex-DG encore arrêté

Le parquet allemand a fait procéder mercredi à de nouvelles arrestations et a élargi son enquête sur Wirecard, groupe de paiements électroniques au coeur d'un scandale comptable, dont il soupçonne désormais la direction de fraude commerciale en bande organisée. /Photo prise le 1er juillet 2020/REUTERS/Andreas Gebert

MUNICH (Reuters) - Le parquet allemand a fait procéder mercredi à de nouvelles arrestations et a élargi son enquête sur Wirecard, groupe de paiements électroniques au coeur d’un scandale comptable, dont il soupçonne désormais la direction de fraude commerciale en bande organisée.

L’ancien président du directoire Markus Braun a de nouveau été arrêté ainsi qu’un ancien directeur financier et un ex-chef comptable, à la suite du témoignage d’une personne ayant accepté de coopérer avec la justice.

Ces trois personnes sont soupçonnées de s’être entendues avec d’autres pour gonfler le chiffre d’affaires du groupe en simulant des transactions avec des partenaires, a déclaré à la presse Anne Leiding, porte-parole du parquet de Munich.

Cela a permis à Wirecard de présenter l’image d’une société aux reins solides financièrement, lui permettant ainsi d’emprunter 3,2 milliards d’euros, a-t-elle expliqué.

“En réalité, il était évident, au moins depuis fin 2015, que l’activité réelle de Wirecard perdait de l’argent”, a-t-elle ajouté, estimant que les 3,2 milliards d’euros étaient désormais “vraisemblablement perdus” au regard de l’insolvabilité du groupe.

Le parquet enquête désormais sur Markus Braun et ses complices présumés sur des chefs d’accusation de fraude commerciale en bande organisée, abus de confiance, fausse déclaration comptable et manipulation de marché.

Wirecard a déposé le bilan le mois dernier après la découverte d’un trou de 1,9 milliard d’euros dans ses comptes.

Le scandale a poussé à la démission Markus Braun, qui a alors été placé une première fois en détention avant d’être remis en liberté conditionnelle contre une caution de cinq millions d’euros.

La capitalisation boursière de Wirecard, qui était à son sommet de 24 milliards d’euros, s’est effondrée à 220 millions d’euros. L’action à la Bourse de Francfort reculait mercredi de 0,04% à 1,80 euro à l’approche de la clôture.

Version française Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up