July 21, 2020 / 4:25 PM / 18 days ago

Les investisseurs saluent le plan de relance sans sauter au plafond

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont salué poliment mardi le plan de relance arraché de haute lutte par les dirigeants européens à Bruxelles mais n’ont pas versé dans l’euphorie.

Les Bourses ont réduit leurs gains en cours de séance, à l'image du CAC 40, qui a longtemps pris plus de 1% avant de terminer en hausse de 0,22%. Le Footsie britannique a gagné 0,11% et le Dax allemand a progressé de 0,96%. /Photo prise le 21 juillet 2020/REUTERS

La réaction relativement modérée des indices boursiers, de l’euro et des rendements obligataires s’explique par le fait qu’un accord était largement anticipé, même s’il a tardé à se dessiner, et aussi peut-être par la résistance de la part du camp des “frugaux”, qui a montré que la solidarité européenne réclamait encore bien des efforts.

Les Bourses ont réduit leurs gains en cours de séance, à l’image du CAC 40, qui a longtemps pris plus de 1% avant de terminer en hausse de 0,22% à 5.104,28 points. Le Footsie britannique a gagné 0,11% et le Dax allemand a progressé de 0,96%.

L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,5%, le FTSEurofirst 300 de 0,29% et le Stoxx 600 de 0,32%.

Après plus de quatre jours de discussions, les dirigeants européens se sont mis d’accord sur un fonds de relance européen d’une valeur de 750 milliards d’euros réparti entre 390 milliards d’euros de subventions et 360 milliards d’euros de prêts. Ce compromis réduit la part des subventions initialement prévue, une concession aux partisans d’une stricte orthodoxie budgétaire.

Ce plan, destiné à réparer les dégâts considérables infligés aux économies européennes par la crise du coronavirus, sera financé par une émission de dette commune, ce qui constitue une avancée vers une mutualisation de la dette de la zone euro et un pas décisif vers davantage d’intégration budgétaire en Europe, soulignent plusieurs gérants et analystes.

VALEURS

La plupart des secteurs européens ont fini dans le vert, à l’exception notamment des très volatiles ressources de base, dont l’indice Stoxx a cédé 0,89% .

La progression la plus spectaculaire est pour le compartiment de l’énergie qui a pris 2,37%, porté par la hausse des cours du pétrole.

Du côté des valeurs individuelles, le spécialiste du travail temporaire Randstad a bondi de 8,90% après l’annonce d’une baisse moins prononcée que prévu de ses résultats trimestriels.

UBS s’est adjugé 2,62%, le premier gestionnaire de fortune au monde ayant annoncé la possibilité de reprendre les rachats d’actions plus tard dans l’année après avoir dégagé une baisse de son bénéfice moins forte qu’attendu.

A Paris, Remy Cointreau a pris 2,16% après avoir publié un chiffre d’affaires trimestriel supérieur à ses attentes et relevé son objectif de résultat opérationnel courant pour le premier semestre.

Contre la tendance également, le groupe pharmaceutique suisse Novartis a abandonné près de 2% après avoir publié des résultats en repli et abaissé ses perspectives pour 2020.

A WALL STREET

A l’heure de la clôture en Europe, le Dow Jones gagne plus de 1%, porté par les bons résultats publiés par Coca-Cola mais aussi par l’espoir d’un plan de soutien à l’économie américaine, durement touchée par la pandémie de coronavirus.

Coca-Cola prend 1,85% après avoir annoncé avant l’ouverture un bénéfice supérieur aux attentes et un rebond de la demande pour ses sodas.

Le S&P-500 est repassé lundi en territoire positif depuis le début de l’année tandis que le Nasdaq, qui marque une pause mardi avec un léger repli, étoffait sa collection de records de clôture.

Les deux indices ont profité de nouvelles encourageantes concernant trois candidats vaccins contre le Covid-19 ainsi que de bonds pour les géants de la technologie que sont Amazon et Microsoft.

Les investisseurs attendent les résultats des entretiens prévus mardi entre les conseillers de Donald Trump et les parlementaires démocrates au sujet d’un plan de soutien à l’économie américaine de 1.000 milliards de dollars concocté par le camp républicain.

CHANGES

Du côté des devises, l’euro prend 0,27% à 1,1475, un plus haut depuis début mars, porté par l’annonce de l’accord sur le plan de relance européen mais aussi par le repli du dollar, qui perd 0,36% face à un panier de référence.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour l’ensemble de la zone euro, est remonté au-dessus de -0,44% dans les premiers échanges avant de réduire ses gains pour revenir autour de -0,46%.

Le rendement des Treasuries à 10 ans cède deux points de base à 0,6%.

PÉTROLE

Les deux contrats de référence sur le brut gagnent plus de 3%, portés par les espoirs d’un vaccin contre le coronavirus.

Le baril de Brent de mer du Nord se traite à 44,67 dollars et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 42,15 dollars.

A SUIVRE MERCREDI

La journée de mercredi sera marquée par de nombreuses publications d’entreprises, dont celles de Microsoft, qui annoncera ses résultats après la clôture de Wall Street.

édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below