for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Wall Street ouvre en hausse, l'optimisme l'emporte pour l'instant

(Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en hausse lundi, saluant la perspective d’un début de levée des mesures de confinement dans certains Etats américains et plusieurs pays européens même si la rechute des cours du pétrole freine sa progression.

La Bourse de New York a ouvert en hausse lundi. Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 0,3%. Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,6%. /Photo d'archives/REUTERS/Carlo Allegri

Quelques minutes après le début des échanges, l’indice Dow Jones gagne 71,63 points, soit 0,3%, à 23.846,90.

Le Standard & Poor’s 500, plus large, progresse de 0,6% à 2.853,8 et le Nasdaq Composite prend 0,78% à 8.701,59.

Après la Géorgie, l’Oklahoma, l’Alaska et la Caroline du Sud ces derniers jours, les Etats du Colorado, du Mississippi, du Minnesota, du Montana et du Tennessee se préparent à autoriser une reprise au moins partielle des activités économiques suspendues dans le cadre des mesures de confinement.

En Europe, l’Italie a présenté dimanche un plan de levée de ces mesures et la France doit faire de même mardi, ce qui favorise aussi l’appétit pour le risque, avec à la clé une hausse des actions et une remontée des rendements obligataires.

Malgré la perspective de redémarrage économique, le marché pétrolier reste orienté en nette baisse, conséquence des craintes de saturation des capacités de stockage aux Etats-Unis et de plusieurs facteurs techniques.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) chute de 27,69% à 12,25 dollars le baril et le Brent de 7,98% à 19,73 dollars.

La semaine qui débute sera par ailleurs animée par les réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale et de la Banque centrale européenne (BCE), après celle de la Banque du Japon, qui a annoncé lundi une nouvelle extension de ses achats de titre.

Les marchés attendent aussi de très nombreux résultats de sociétés et une série d’indicateurs conjoncturels qui pourraient souligner l’impact de la pandémie sur l’économie. Aux Etats-Unis, un conseiller de la Maison blanche, Kevin Hassett, a estimé dimanche que le taux de chômage pourrait avoir atteint 16% en avril.

Aux valeurs, les banques profitent de la remontée des rendements obligataires: l’indice S&P du secteur financier prend 1,01% et JPMorgan Chase 1,68%, l’une des meilleures performances du Dow Jones.

A la baisse, le géant pétrolier Exxon Mobil cède 3,19%, plombé par la chute du prix du baril, et Boeing perd 3,78% après l’annonce de l’abandon du projet de rachat des activités d’aviation civile du groupe brésilien Embraer pour 4,2 milliards de dollars (3,87 milliards d’euros).

Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up