April 23, 2020 / 7:00 AM / 3 months ago

Hermès résiste mieux à la crise du coronavirus que ses concurrents

MILAN (Reuters) - Hermès fait face à la tempête mondiale provoquée par la pandémie de coronavirus bien mieux que ses concurrents et voit son activité rebondir fortement en Chine après la réouverture des magasins le mois dernier.

Hermès fait face à la tempête mondiale provoquée par la pandémie de coronavirus bien mieux que ses concurrents et voit son activité rebondir fortement en Chine après la réouverture des magasins le mois dernier. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

Le chiffre d’affaires du groupe a reculé de 7,7% à taux de changes constants au premier trimestre, contre des baisses de 15% ou plus annoncées par les autres acteurs du secteur comme LVMH, Kering et Moncler.

La crise du coronavirus a d’abord touché la Chine, un marché crucial pour le secteur du luxe, à la fin de l’année 2019 avant de se propager au reste du monde. En mars, l’Europe, dont la France et l’Italie, puis les Etats-Unis ont mis en oeuvre des mesures de confinement et de fermetures des commerces non-essentiels.

Le gérant d’Hermès, Axel Dumas, a prévenu jeudi que l’activité du groupe au deuxième trimestre serait “fortement” affectée étant donné que 75% des magasins du groupe sont toujours fermés.

Il a ajouté toutefois que depuis la réouverture progressive des magasins en Chine au mois de mars, les ventes affichaient dans le pays des progressions à deux chiffres sur un an.

“La tendance est très élevée depuis que nous avons rouvert, probablement plus élevée étant donné que les voyages sont interdits”, a-t-il dit.

A la Bourse de Paris, l’action Hermès progressait de 1,75% à 684,4 euros à 10h33, alors que le CAC 40 reculait de 0,24% au même moment.

SOLIDE NOUVEL AN CHINOIS

Axel Dumas a indiqué que la relative résistance d’Hermès au premier trimestre s’expliquait en partie par un “incroyable” mois de janvier dopé par le nouvel an chinois.

“Le nouvel an chinois compte presque comme un mois double”, a-t-il dit.

Il a précisé que le groupe n’avait pas rencontré de problèmes dans sa chaîne d’approvisionnement, contrairement à d’autres concurrents, jusqu’à ce qu’il ait été conduit à fermer ses sites de production, qui se situent pour la plupart en France, à la mi-mars.

Hermès a fermé ses 42 sites en France, à l’exception d’une usine de parfum reconvertie dans la fabrication de gels hydroalcooliques.

Le groupe a partiellement repris ses activités dans les sites de production et de logistique depuis le 14 avril.

Hermès est traditionnellement perçu comme étant particulièrement résistant aux phases de ralentissement économique grâce à sa gestion minutieuse de la production et des stocks.

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires consolidé s’est élevé à 1,506 milliard d’euros. Les ventes du sellier ont reculé de 11% en Asie hors Japon, de 6% en Amérique, de 11% en Europe hors France et de 9% en France. Seul le Japon a connu une progression de 1% des ventes, “grâce à la fidélité de la clientèle locale”.

Hermès indique par ailleurs que son conseil de surveillance a décidé de modifier la proposition de distribution de dividende ordinaire pour en ramener le montant de 5,00 euros à 4,55 euros par action, soit un montant identique à celui versé en 2019.

Le groupe a précisé maintenir néanmoins ses investissements stratégiques, tant dans les capacités de production que dans le réseau de distribution, pour se préparer à reprendre ses activités dans les meilleures conditions possibles.

Silvia Aloisi, version française Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below