April 8, 2020 / 8:35 PM / 2 months ago

Wall Street portée par ses espoirs sur le coronavirus et le retrait de Sanders

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini mercredi en nette hausse, les investisseurs percevant des signes d’espoir dans l’évolution de l’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis.

La Bourse de New York a fini mercredi en nette hausse, les investisseurs percevant des signes d'espoir dans l'évolution de l'épidémie de coronavirus aux Etats-Unis. La tendance a aussi été soutenue par l'annonce par Bernie Sanders de la fin de sa campagne pour l'investiture démocrate en vue de l'élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis. L'indice Dow Jones a gagné 779,71 points (3,44%) à 23.433,57. /Photo prise le 9 mars 2020/REUTERS/Carlo Allegri

La tendance a aussi été soutenue par l’annonce par Bernie Sanders de la fin de sa campagne pour l’investiture démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis. Le secteur de l’assurance en a particulièrement profité alors que le sénateur du Vermont prônait entre autres une couverture maladie universelle gérée par les pouvoirs publics.

L’indice Dow Jones a gagné 779,71 points (3,44%) à 23.433,57.

Le S&P-500, plus large et principale référence des investisseurs, a pris 90,57 points, soit 3,41%, à 2.749,98.

Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a avancé de son côté de 203,64 points (2,58%) à 8.090,90 points.

Bien que les nombres de décès et de contaminations continuent de grimper aux Etats-Unis, Donald Trump a déclaré mardi soir, après la clôture de Wall Street, que les Américains pourraient être en train de s’approcher du pic de l’épidémie de COVID-19 et le président américain a réaffirmé sa volonté de favoriser une “réouverture” prochaine de l’économie.

“Cela va être un lent processus pour que les choses reviennent en ordre mais pour le moment, le marché d’actions pousse un soupir de soulagement sur le fait que peut-être que les projections en termes de morts d’il y a une ou deux semaines, peut-être que ces modèles ne se réaliseront pas”, a dit Willie Delwiche, stratégiste d’investissements chez Baird.

Le S&P-500, qui s’était effondré en mars, a désormais regagné quasiment 23% depuis son récent plus bas de clôture du 23 mars, même si son principal indicateur de volatilité demeure à des niveaux historiquement élevés, au-dessus de 40.

Malgré ce rebond des dernières semaines, favorisé par les mesures monétaires et budgétaires de soutien massif à l’économie aux Etats-Unis, le S&P-500 affiche encore un recul d’environ 19% depuis son record de mi-février.

Le compte-rendu, publié mercredi, de deux réunions extraordinaires de la Réserve fédérale montre que ses responsables étaient alors de plus en plus inquiets de la rapidité avec laquelle l’épidémie de coronavirus affectait l’économie américaine et perturbait les marchés financiers, ce qui les a incités à décider une “action vigoureuse”.

Les principaux responsables démocrates au Congrès ont pour leur part déclaré mercredi qu’ils soutiendraient la volonté de l’administration Trump de débloquer une aide supplémentaire de 250 milliards de dollars pour les petites entreprises, sous certaines conditions.

Aux valeurs individuelles, l’assureur santé UnitedHealth (+7,98%) a été de loin le principal contributeur à la hausse du Dow après le retrait de Bernie Sanders de la course à l’investiture démocrate. Anthem a pour sa part gagné 10,25%.

version française Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below