September 12, 2019 / 9:38 AM / 2 months ago

Deux candidats favoris pour devenir directeur général de Nissan

SEATTLE/PARIS (Reuters) - Makoto Uchida, le président du comité de direction de Nissan en Chine, et Jun Seki, chargé de superviser le redressement du constructeur japonais, font figure de favoris pour succéder à Hiroto Saikawa, qui démissionnera de son poste de directeur général le 16 septembre, a-t-on appris de quatre sources proches du dossier.

Makoto Uchida, le président du comité de direction de Nissan en Chine, et Jun Seki, chargé de superviser le redressement du constructeur japonais, font figure de favoris pour succéder à Hiroto Saikawa, qui démissionnera de son poste de directeur général le 16 septembre. /Photo d'archives/REUTERS/Aly Song

Les discussions sur cette nomination sont toujours en cours et rien n’a encore été décidé, ont toutefois précisé les sources. Il est également possible qu’un autre candidat soit finalement choisi, en l’occurrence Yasuhiro Yamauchi, qui remplace à titre provisoire Hiroto Saikawa.

Nissan souhaite désigner son futur directeur général d’ici fin octobre et le choix de celui qui sera nommé aura d’importantes conséquences sur l’avenir du deuxième constructeur automobile japonais et de l’alliance qu’il a nouée avec Renault et Mitsubishi.

Le groupe au losange souhaite un renforcement de cette alliance, tandis que les dirigeants japonais ont jusqu’ici estimé que celle-ci était déséquilibrée. Le futur directeur général de Nissan pourrait donc choisir un approfondissement du partenariat ou une plus grande indépendance.

Makoto Uchida, qui s’occupait auparavant des achats pour le compte de l’alliance, est particulièrement apprécié chez Renault, tandis que dans le camp Nissan, le préférence va vers Jun Seki, ont déclaré deux sources.

“Renault est plus proche d’Uchida”, a dit une source au sein de Nissan. “Le camp Renault pense qu’Uchida est plus facile à contrôler que Seki”.

Nissan n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire.

D’autres membres du conseil d’administration soutiennent Jun Seki, en partie pour des raisons politiques, mais aussi en raison de son expérience dans le secteur, jugée plus large, ont dit les sources.

Jun Seki a supervisé auparavant le développement des activités de Nissan en Chine, désormais premier marché du groupe.

“Seki est beaucoup plus avenant et apprécié au sein de Nissan et a la confiance de ses pairs et de ses subordonnés”, a déclaré la source au sein de Nissan.

Le comité de nomination, créé en juin pour trouver un successeur au directeur général de Nissan, est composé de six membres extérieurs, dont le président de Renault, Jean-Dominique Senard. Il a établi une liste d’une dizaine de candidats potentiels, selon une source proche des délibérations.

La décision finale reviendra au conseil d’administration.

Norihiko Shirouzu à Pékin; Laurence Frost et Gilles Guillaume à Paris; avec Naomi Tajitsu et Maki Shiraki à Tokyo; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below