September 5, 2019 / 10:43 AM / 2 months ago

Sous pression, le groupe Bigard publie une partie de ses comptes

Numéro un de la viande en France, le groupe Bigard, dont les dirigeants devaient comparaître jeudi devant le tribunal de commerce de Quimper (Finistère), a publié une partie de ses comptes, de 2014 à 2017, pour répondre à ses obligations légales. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier

RENNES (Reuters) - Numéro un de la viande en France, le groupe Bigard, dont les dirigeants devaient comparaître jeudi devant le tribunal de commerce de Quimper (Finistère), a publié une partie de ses comptes, de 2014 à 2017, pour répondre à ses obligations légales.

Assigné par l’association L214, l’association Lanceur d’Alerte et la journaliste Ines Léraud pour défaut de publication de ses comptes, le groupe basé à Quimperlé (Finistère) a dévoilé mercredi un chiffre d’affaires de 1,5 milliards d’euros en 2017 et un bénéfice de 51,9 millions d’euros.

Deux filiales du groupe, Socopa et Charal, affichent de leur côté des chiffres d’affaires respectifs de 1,8 milliard d’euros et 866 millions d’euros pour des bénéfices de 25,5 millions d’euros et 20,1 millions d’euros en 2017.

Le groupe Bigard, qui n’avait pas publié ses comptes depuis 2013 et dont les dirigeants avaient été auditionnés par l’Assemblée nationale sur cette question, n’a toutefois pas déposé ses résultats pour 2018.

Depuis cette même année, les sanctions prévues par la loi pour non-publication des comptes ont été renforcées, pouvant atteindre 2% du chiffre d’affaires des sociétés sous forme d’astreinte journalière.

Le tribunal de commerce de Quimper, qui entendait les dirigeants de Bigard sur leur refus de publier leurs comptes depuis 2013, devrait mettre sa décision en délibéré.

Deux autres audiences sont prévues, le 10 septembre au tribunal de commerce d’Angers pour la société Charal et le 25 septembre à Créteil pour la société financière Bigard, pour laquelle aucun compte annuel n’a encore été déposé.

Le groupe Bigard représente environ 70% des ventes de steaks hachés en France et emploie quelque 14.000 personnes dans ses 51 usines.

Pierre-Henri Allain, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below