September 4, 2019 / 5:02 PM / 14 days ago

L'Europe termine en hausse, Paris et Milan en tête

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, Milan et Paris en tête, portées par la publication d’un bon indicateur d’activité chinois et par des signes d’apaisement des tensions politiques en Italie comme à Hong Kong alors que le bras de fer au parlement britannique autour du Brexit se poursuit.

Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, Milan et Paris en tête. À Paris, l'indice CAC 40 a progressé de 1,21% à 5.532,07 points. Le Footsie britannique a pris 0,59% et le Dax allemand 0,96%. La Bourse de Milan, tirée par la perspective de la formation d'un nouveau gouvernement, a gagné 1,58%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, l’indice CAC 40 a progressé de 1,21% à 5.532,07 points. Le Footsie britannique a pris 0,59% et le Dax allemand 0,96%. La Bourse de Milan, tirée par la perspective de la formation d’un nouveau gouvernement, a gagné 1,58%.

L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,88%, le FTSEurofirst 300 de 0,93% et le Stoxx 600 de 0,89%.

Sur le plan économique, l’annonce que l’activité dans les services chinois a progressé en août à son meilleur niveau depuis trois mois, a fait refluer les craintes liées à la guerre commerciale prolongée entre les Etats-Unis et la Chine.

Les derniers développements politiques en Italie, en Grande-Bretagne et à Hong Kong sont également d’importants facteurs de soutien des actifs à risque: à Rome, Giuseppe Conte a dévoilé la composition de son nouveau gouvernement de coalition réunissant le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et le Parti démocrate (centre gauche), qui pourrait permettre un réchauffement des relations entre Rome et l’Union européenne.; à Hong Kong, la dirigeante de l’exécutif Carrie Lam a annoncé le retrait du projet de loi d’extradition de suspects vers la Chine à l’origine de la crise aiguë qui secoue la région administrative spéciale depuis des mois et à Londres, la Chambre des communes poursuit ses débats au lendemain de la mise en minorité du Premier ministre, Boris Johnson, sur le Brexit.

VALEURS

Plusieurs secteurs exposés aux tensions commerciales, qui avaient souffert ces derniers jours, figurent parmi les meilleures performances du jour comme les matières premières (+2,68%) et l’automobile (+2,08%).

Valeo occupe la première place du palmarès quotidien du Stoxx 600 avec un bond de 7,64%.

Les valeurs du luxe en Europe ont profité de l’annonce du retrait par Hong Kong du projet de loi d’extradition de suspects vers la Chine. Les titres Kering, LVMH, Swatch et Richemont ont fini sur les gains situés entre 2,35% et 3,6%.

Thales a gagné 5,41%. L’équipementier pour l’aérospatiale, la défense et la sécurité a dit que la croissance organique de son chiffre d’affaires 2019 devrait se situer dans le bas de sa fourchette de prévisions mais cette prudence n’inquiète pas le marché, convaincu par les résultats semestriels.

A WALL STREET

Wall Street monte après un indicateur encourageant sur l’activité dans les services en Chine, au lendemain de l’annonce de la première contraction de l’activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis depuis 2016.

Les investisseurs attendent la publication à 18h00 GMT du “Livre Beige” de la Réserve fédérale américaine sur l’état de la conjoncture.

Au moment de la clôture en Europe, l’indice Dow Jones gagne 0,68% à 26.295,58 points, le Standard & Poor’s 500, plus large, progresse de 0,73% à 2.927,35 et le Nasdaq Composite de 0,87% à 7.942,43 points.

La plupart des indices sectoriels sont en hausse à ce stade de la séance. Le secteur bancaire gagne 0,98% et l’indice des semi-conducteurs à Philadelphie avance de 2,41% tandis que l’indice des valeurs technologiques prend 1,52%.

LES INDICATEURS DU JOUR

Outre le bon indice PMI chinois, le Japon a annoncé pour août la plus forte progression de l’activité dans les services depuis deux ans.

En Europe, la croissance de l’activité dans son ensemble a été un peu plus forte que prévu en août mais elle reste timide, le secteur des services n’ayant compensé que partiellement le ralentissement de l’industrie.

Aux Etats-Unis, le déficit commercial a légèrement diminué en juillet sous l’effet d’un rebond des exportations mais le déficit avec la Chine, au coeur de la politique d’”America First” du président Donald Trump, a atteint son plus haut niveau depuis six mois.

CHANGES

Le dollar et le yen reculent au profit d’actifs plus risqués.

L’euro rebondit à la suite de déclarations de Christine Lagarde, appelée à succéder à Mario Draghi à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE), qui ont semé le doute sur l’ampleur des mesures de soutien que l’institution pourrait annoncer la semaine prochaine.

La devise unique reprend 0,5% à environ 1,1027 dollar, après avoir touché mardi son plus bas niveau depuis 28 mois à 1,0926.

Une politique monétaire très accommodante de la BCE pour une période prolongée est nécessaire, a déclaré Christine Lagarde tout en ajoutant que la banque centrale devait aussi être attentive aux effets secondaires négatifs des instruments non conventionnels visant à stimuler la croissance.

La livre sterling reprend elle aussi du terrain (+0,9% à 1,2185 dollar) à la suite du revers subi par le Premier ministre Boris Johnson sur le front du Brexit, après être tombée à un creux de trois ans mardi.

TAUX

La courbe des rendements US a retrouvé sa pente d’il y a plus de deux semaines, le regain d’appétit pour le risque favorisant la hausse des rendements à long terme dans le contexte d’apaisement des tensions géopolitiques.

Sur le marché américain L’écart entre le taux à 10 ans et celui à 2 ans est remonté à son plus haut niveau depuis le 21 août, à 3,3 pdb. La courbe s’était inversée le 14 août pour la première fois depuis 2007, faisant craindre une récession.

Le rendement du Bund allemand à 10 ans, taux de référence de la zone euro, a regagné quatre pdb à -0,674% face au répit dans les conflits politiques en Europe, après avoir touché un plus bas record mardi.

Les rendements italiens ont parallèlement poursuivi leur baisse, inscrivant de nouveaux plus bas historiques, à 0,803% pour le 10 ans.

PÉTROLE

Le pétrole suit le mouvement général sur les actifs à risque et prend plus de 4% après trois séances de baisse liées aux tensions commerciales.

Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) remonte à 56,18 dollars le baril et l’échéance novembre sur le Brent rebondit à 60,64 dollars.

Edité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below