August 29, 2019 / 11:35 AM / a month ago

Total et d'autres à la manoeuvre pour les projets GNL du Qatar

LONDRES (Reuters) - Lorsque Royal Dutch Shell a voulu acquérir une participation dans un bloc d’exploration prometteur au large de l’Afrique du Sud, il s’est heurté à Total, qui a exercé son droit de préemption sur cet actif, revendu dans la foulée à Qatar Petroleum (QP).

Lorsque Royal Dutch Shell a voulu acquérir une participation dans un bloc d'exploration prometteur au large de l'Afrique du Sud, il s'est heurté à Total, qui a exercé son droit de préemption sur cet actif, revendu dans la foulée à Qatar Petroleum (QP). /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

La manoeuvre du groupe français, dont les détails n’avaient jusqu’ici jamais été révélés, a surpris certains des acteurs impliqués dans le dossier, selon des sources proches de l’opération.

La décision de Total s’inscrit en fait dans une tentative plus large visant à resserrer ses liens avec QP afin de prendre une participation dans les projets d’extension dans le gaz naturel liquéfié du Qatar, qui détient les plus importants gisements de GNL, l’un des produits les plus lucratifs du secteur de l’énergie.

Ces projets suscitent la convoitise d’autres majors du secteur comme Exxon Mobil et Shell, qui ont également proposé à QP des participations dans certains de leurs actifs les plus prisés.

De nouveaux venus comme Chevron, Equinor et Eni espèrent également prendre part à ces projets, selon des sources.

Les groupes énergétiques considèrent le gaz naturel, l’hydrocarbure le moins polluant, comme une ressource essentielle dans la transition vers une économie moins carbonée.

Le gaz liquéfié est facilement acheminable vers des pays comme l’Inde, la Chine et le Japon, et la demande devrait bondir dans les prochaines décennies.

Les sites de GNL au Qatar, dans lesquels Total détient déjà une participation, ainsi que Shell, Exxon et ConocoPhillips, offrent aux investisseurs un accès à de vastes ressources à des coûts de production moindres.

“C’est une partie importante des réserves de gaz. Si on peut acheter ou participer à ces projets, cela pourrait aider (les entreprises) au niveau des réserves”, souligne Jason Feer, responsable “business intelligence” au sein de la société de conseil Poten & Partners.

PRODUCTION DE GNL DE 110 MILLIONS DE TONNES PAR AN

QP veut porter sa production de GNL à environ 110 millions de tonnes par an (mtpa), contre 77 millions actuellement au cours des cinq prochaines années, en construisant quatre nouveaux sites de production.

La compagnie publique pétrolière et gazière du Qatar devrait annoncer prochainement ses partenaires pour cette opération, ont indiqué des sources du secteur.

Depuis la vente de la participation en Afrique du Sud à QP, Total a conclu d’autres transactions avec le groupe qatari.

Le géant français a notamment annoncé mardi la signature de plusieurs accords avec Qatar Petroleum pour lui transférer des participations dans des actifs en Namibie, au Guyana et au Kenya.

“Nous sommes présents au Qatar depuis 80 ans et nous pensons que cette relation à long-terme a été fructueuse à la fois pour Qatar Petroleum et Total”, a déclaré le groupe français à Reuters.

En octobre dernier, Patrick de La Chevardière, le directeur financier de Total, soulignait l’enjeu du dossier en déclarant que la major serait “déçue si (elle) ne participait pas aux projets de développement du GNL au Qatar”.

avec Gary McWilliams à Houston, Nia Williams à Toronto, Bate Felix à Paris, Stephen Jewkes à Milan et Eric Knecht à Dubaï; Claude Chendjou pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below