August 23, 2019 / 4:15 PM / a month ago

Les actions baissent, nouvelle escalade entre USA et Chine

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net repli vendredi après une nouvelle escalade dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine qui a pris le pas sur le discours pourtant très attendu de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale.

Les Bourses européennes ont terminé en net repli vendredi. À Paris, le CAC 40 a fini en baisse de 1,14% (61,38 points) à 5.326,87 points après être monté à 5.421,28 en matinée. A Londres, le FTSE 100 a perdu 0,47% et à Francfort, le Dax a reculé de 1,15%. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

À Paris, le CAC 40 a fini en baisse de 1,14% (61,38 points) à 5.326,87 points après être monté à 5.421,28 en matinée. A Londres, le FTSE 100 a perdu 0,47% et à Francfort, le Dax a reculé de 1,15%.

L’indice EuroStoxx 50 a cédé 1,17%, le FTSEurofirst 300 0,61% et le Stoxx 600 0,78%.

En hausse jusqu’au début de l’après-midi, les actions européennes sont passées dans le rouge après l’annonce par la Chine d’un relèvement des droits de douane sur 75 milliards de dollars (68 milliards d’euros) de produits américains et elles ont creusé leurs pertes en fin de séance après la réaction virulente du président américain, Donald Trump, qui a appelé les entreprises américaines à quitter la Chine.

Les investisseurs n’ont guère trouvé de raisons de se rassurer dans le discours prononcé par Jerome Powell au symposium économique de Jackson Hole: le président de la Fed a promis que la banque centrale agirait de manière “appropriée” mais n’a pas donné d’indices clairs sur la trajectoire des taux d’intérêt au cours des prochains mois.

“Si l’on gratte au-delà de ses formulations élégantes, on ne trouve aucun engagement à baisser de nouveau les taux en septembre. La Fed semble à l’aise face à la perspective de voir un assouplissement de la politique monétaire faire monter l’inflation mais elle n’est pas pour autant convaincue de la nécessité immédiate d’une baisse de taux”, estime James Bentley, directeur de Financial Markets Online.

Sur l’ensemble de la semaine, le Stoxx 600 a gagné 1,8% après trois semaines consécutives de repli qui lui avaient fait perdre près de 5,4% et le CAC 40 affiche un rebond de 0,49% après une baisse de 5,51% entre le 26 juillet et le 16 août.

VALEURS

Les secteurs exposés aux tensions commerciales ont accusé le coup de l’annonce des représailles chinoises en matière de droits de douane: l’indice Stoxx européen de l’automobile a cédé 2,14%, le recul le plus marqué du jour, tandis que celui du pétrole et du gaz abandonnait 1,53% et celui des hautes technologies 1,09%.

Au sein du CAC 40, STMicroelectronics a perdu 4,65%, Valeo 3,82%.

Seul compartiment en hausse en Europe, l’immobilier a pris 0,28%.

Dans l’actualité des fusions acquisitions, le distributeur allemand de métaux Kloeckner & Co a gagné 7,13% après les informations du quotidien Handelsblatt selon lesquelles Thyssenkrupp (+0,67%) négocie son rachat et à Londres, Entertainment One a bondi de 31,94% au lendemain de l’annonce de son rachat par l’américain Hasbro, certains analystes n’excluant pas des contre-offres.

A WALL STREET

En léger repli à l’ouverture, Wall Street est brièvement passée dans le vert mais a effacé ses gains après les nouvelles attaques de Donald Trump visant la Chine et reculait nettement au moment de la clôture en Europe: le Dow Jones cédait 1,59%, le Standard & Poor’s 500 1,7% et le Nasdaq Composite 1,96%.

Parmi les grandes valeurs exposées au marché chinois, Apple et Intel perdaient plus de 3%, Caterpillar plus de 2,5%.

L’indice de volatilité du CBOE, baromètre de la nervosité des investisseurs, était alors en hausse de plus de trois points, au plus haut depuis une semaine.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les ventes de logements individuels neufs aux Etats-Unis ont chuté de 12,8% en juillet, un recul plus marqué qu’attendu, à 635.000 en rythme annualisé.

Il s’agit de la plus forte baisse mensuelle enregistrée depuis juillet 2013. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient un chiffre de 649.000.

CHANGES

Après avoir atteint son plus haut niveau depuis trois semaines face à l’euro et depuis une semaine face au yen, le dollar s’est orienté à la baisse en réaction au discours de Jerome Powell et a nettement creusé ses pertes après les déclarations de Donald Trump sur la Chine.

L’”indice dollar”, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, cède 0,45%.

L’euro remonte autour de 1,1140 dollar.

TAUX

Le regain d’aversion au risque favorise la baisse des rendements obligataires: celui du Bund allemand à dix ans finit la journée à -0,673%, en baisse de plus de trois points de base sur la journée.

Son équivalent américain, lui, chute de plus de sept points à 1,5334%.

PÉTROLE

La crainte de voir la nouvelle escalade dans le conflit sino-américain freiner la demande pétrolière mondiale se traduit par un net recul des prix du baril: le Brent cède près de 2% à 58,81 dollars et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) pratiquement 3% à 53,72 dollars.

(Certaines données peuvent accuser un léger décalage)

Édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below