August 13, 2019 / 8:01 AM / a month ago

Nouveau repli en Europe, les investisseurs fuient toujours le risque

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge en début de séance mardi en l’absence de raisons solides de remettre en cause l’aversion au risque qui domine l’ensemble des marchés face aux multiples sources d’inquiétude du moment.

Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge en début de séance mardi. À Paris, le CAC 40 perd 0,35% après un peu moins d'une heure d'échanges et s'achemine vers sa troisième séance consécutive de repli. À Francfort, le Dax cède 0,39% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,16%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, le CAC 40 perd 0,35% à 5.291,88 points après un peu moins d’une heure d’échanges et s’achemine vers sa troisième séance consécutive de repli. À Francfort, le Dax cède 0,39% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,16%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,2%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,35% et le Stoxx 600 de 0,35%.

Milan (-0,54%) et Madrid (-0,47%) sous-performent, en raison respectivement de la crise politique en Italie et de l’exposition du marché espagnol à l’Argentine.

Alors que la perspective d’une prolongation des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine fait craindre un ralentissement de la croissance mondiale, la crise politique en Italie, le Brexit, la poursuite des manifestations à Hong Kong ou encore la perspective d’une alternance politique à Buenos Aires découragent les velléités de retour sur les actifs risqués.

“Les intervenants sur les marchés semblent devoir affronter des vents contraires dans toutes les directions”, résume Naeem Aslam, analyste de ThinkMarket, qui note entre autres que “la probabilité de voir l’économie américaine entrer en récession n’est plus une question de long terme”.

En Europe, la matinée sera animée entre autres par la publication des statistiques mensuelles de l’emploi et des salaires au Royaume-Uni à 08h30 GMT et de l’indice mensuel ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne, à 09h00 GMT.

L’inflation en Allemagne a été confirmée à 0,4% en juillet, soit 1,1% sur un an aux normes européennes IPCH.

VALEURS

En Europe, la prudence affecte une large majorité des secteurs de la cote mais les repli les plus marqués touchent entre autres l’automobile (-0,83%), les banques (-0,84%) et les hautes technologies (-0,61%) alors que les compartiments défensifs de l’immobilier (+0,33%) et des télécommunications (+0,58%) évoluent dans le vert.

A Paris, la plus forte baisse du CAC 40 est pour Renault, qui cède 2,57%, tandis que PSA abandonne 1,13%.

Parmi les sociétés européennes ayant présenté leurs résultats avant l’ouverture, le groupe allemand Henkel perd 5,29% après avoir revu en baisse ses prévisions annuelles. A la hausse, le géant du tourisme TUI gagne 3,21%, la croissance de son activité ayant compensé l’impact de l’immobilisation des Boeing 737 MAX.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 1,11% et au plus bas depuis une semaine après un week-end de trois jours, un recul favorisé entre autres par la vigueur du yen.

Trente-deux des 33 sous-indices du Topix ont terminé dans le rouge, les plus fortes baisses affectant l’énergie (-4,5%) et la sidérurgie (-2,9%).

En Chine, l’indice SSE Composite de Shanghai a cédé 0,63% au lendemain de l’annonce d’un recul plus marqué qu’attendu du crédit bancaire en juillet (), tandis que les tensions politiques à Hong Kong continuent de peser sur le sentiment des investisseurs.

La Banque populaire de Chine a fixé le cours pivot quotidien du yuan sous le seuil de sept pour un dollar mais au-dessus du niveau attendu par le marché.

A WALL STREET

Wall Street a terminé en baisse la première séance de la semaine face à la multiplication des tensions politiques et de crainte que le conflit commercial sino-américain prolongé ne plonge la planète dans la récession.

L’indice Dow Jones a perdu 389,73 points, soit 1,48%, à 25.897,71. Le S&P-500, plus large, a cédé 35,56 points, soit 1,22%, à 2.883,09 points. Le Nasdaq Composite a laissé 95,73 points (1,2%) à 7.863,41 points.

Les 11 grands secteurs du S&P-500 ont fini la journée dans le rouge, à commencer par les financières (-1,92%).

TAUX

Les rendements obligataires de référence restent orientés à la baisse, avec un recul de plus d’un point de base pour le dix ans allemand à -0,618% après un nouveau plus bas historique à -0,619%.

Le dix ans français est quant à lui repassé sous -0,3%.

Ce mouvement marqué permet un reflux des rendements italiens mais l’écart de rendements à dix ans entre les titres italiens et allemands reste proche de 230 points de base.

Sur le marché américain, le rendement à 30 ans a touché en séance lundi son plus bas niveau depuis juillet 2016 à 2,119% et le dix ans est revenu sous 1,65% contre 1,734% vendredi.

Le marché obligataire américain attend entre autres les chiffres mensuels des prix à la consommation aux Etats-Unis en juillet, à 12h30 GMT.

CHANGES

Le yen reste proche de son récent plus haut de sept mois face au dollar à 105,03, les troubles à Hong Kong et les turbulences financières en Argentine continuant de nourrir l’aversion au risque des cambistes comme celle des investisseurs en actions.

L’”indice dollar”, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, progresse néanmoins de près de 0,2%, avec entre autres le repli de l’euro sous 1,1190 dollar.

En Argentine, le peso a fini lundi à 52,15 pour un dollar, accusant en clôture un recul d’environ 15% après être tombé en séance à un plus bas historique de 61,99. La défaite du président actuel, Mauricio Macri, aux élections primaires de dimanche, qui fait craindre à certains investisseurs une victoire de l’opposition en octobre et un retour à des politiques économiques interventionnistes.

PÉTROLE

Les cours du brut sont en baisse d’environ 0,5%, le marché pétrolier restant dominé par la perspective d’un ralentissement de la demande, qui l’emporte sur celle d’une poursuite de la réduction de l’offre par l’Opep et ses alliés.

Le Brent se traite autour de 58,25 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) sous 55 dollars.

OR

Le cours de l’once d’or, toujours soutenu par l’aversion au risque, a inscrit un plus haut de plus de six ans à 1.521,98 dollars sur le marché spot.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below