July 25, 2019 / 5:36 PM / a month ago

Draghi laisse les marchés d'actions sur leur faim

PARIS (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) s’est montrée accommodante jeudi mais pas encore assez pour les Bourses européennes, qui en espéraient davantage et ont de ce fait terminé dans le rouge.

Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge ce jeudi. À Paris, le CAC 40 a perdu 0,5% à 5.578,05points. Le Footsie britannique a cédé 0,17% et le Dax allemand a abandonné 1,28%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,5% à 5.578,05points. Le Footsie britannique a cédé 0,17% et le Dax allemand a abandonné 1,28%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,64%, le FTSEurofirst 300 de 0,54% et le Stoxx 600 de 0,56%.

Si le communiqué de la BCE, qui dit clairement que toutes les options restent sur la table pour faire remonter l’inflation, est plutôt bien passé, il n’en pas été de même du discours du président de l’institut d’émission.

“Nous continuons de considérer que le risque d’une récession est plutôt faible, tout compte fait”, a dit Mario Draghi. “Nous continuons de voir des signes de résistance du marché du travail, qui continue de s’améliorer, mais il faut le reconnaître avec une dynamique de plus en plus faible.”

Il n’en fallait pas davantage aux investisseurs pour penser que, peut-être les espoirs d’un assouplissement tous azimuts avaient du plomb dans l’aile.

“Le marché attendait vraiment un Draghi très accommodant et il n’a pas vraiment tenu ses promesses sur ce plan”, explique Bas van Geffen, analyste quantitatif de RaboResarch. “Il n’a pas été aussi explicite que le marché l’aurait souhaité”.

VALEURS

Mario Draghi n’a pas été le seul à peser sur les indices.

Certaines publications mal accueillies ont également contribué à les plonger dans le rouge, notamment celles d’Atos (-5,39%) ou encore STMicroelectronics (-2,96%).

D’autres, comme LVMH (-1,09%), ont d’abord vu leurs résultats salués avant de se retourner à la baisse.

Certains ont résisté jusqu’à la clôture, notamment TechnipFMC (+4,77%, plus forte hausse du CAC).

A WALL STREET

A l’heure de la clôture en Europe, les indices de Wall Street baissent de 0,4% à 0,6%, sur le même mélange de résultats peu reluisants et de déception du côté de la politique monétaire.

Le S&P-500 et le Dow Jones s’éloignent ainsi des records de clôture inscrits mercredi.

LES INDICATEURS DU JOUR

Du côté de la conjoncture, les signaux sont mitigés avec l’annonce d’une nouvelle dégradation du moral des entrepreneurs allemands, d’une baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage la semaine dernière aux Etats-Unis et d’un bond des commandes de biens d’équipement en juin, toujours aux Etats-Unis.

TAUX

La perspective d’un assouplissement monétaire moins généreux qu’escompté pèse sur le marché obligataire.

Le rendement des Treasuries à 10 ans prend plus de trois points de base à 2,08% et celui du Bund de même échéance, taux de référence de la zone euro, est remonté à -0,36%.

CHANGES

L’euro prend 0,13% face au dollar, réduisant dans les faits ses gains après avoir monté plus nettement dans le sillage du discours de Mario Draghi.

Le dollar recule pour sa part légèrement face à un panier de devises de référence.

PÉTROLE

Sur le marché pétrolier, les tensions persistantes au Moyen-Orient et la forte baisse des stocks de brut américains font monter les cours.

Le prix du baril de Brent se rapproche de 64 dollars tandis que le baril de brut léger américain (WTI texan) se traite autour de 56,25 dollars.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below