July 17, 2019 / 8:53 AM / 3 months ago

Prudence sur les Bourses européennes face à un faisceau de doutes

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sans tendance claire mercredi sur fond d’interrogations sur le commerce et la politique monétaire alors que des résultats d’entreprises animent la séance.

Les principales Bourses européennes évoluent sans tendance claire mercredi sur fond d'interrogations sur le commerce et la politique monétaire alors que des résultats d'entreprises animent la séance. À Paris, l'indice CAC 40 est en repli de 0,09% vers 8h10 GMT. À Francfort, le Dax lâche 0,05% et, à Londres, le FTSE cède 0,13%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, l’indice CAC 40 est en repli de 0,09% à 5.609,16 points vers 8h10 GMT. À Francfort, le Dax lâche 0,05% et, à Londres, le FTSE cède 0,13%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,02% tandis que le FTSEurofirst 300 avance de 0,09% et que le Stoxx 600 recule de 0,01%.

Le président Donald Trump a jugé mardi que le chemin était encore long vers un accord commercial avec la Chine et il s’est dit prêt à taxer pour 325 milliards de dollars (290 milliards d’euros) de produits chinois supplémentaires si nécessaire.

Les banques centrales, qui occuperont les investisseurs dans les deux semaines à venir avec la réunion de la Banque centrale européenne puis celle de la Réserve fédérale américaine, restent une actualité majeure des marchés après des déclarations de responsables de la Fed renforçant les anticipations d’assouplissement monétaire le 31 juillet.

Une baisse des taux aux Etats-Unis ne fait plus de doute pour les marchés mais son ampleur est le principal sujet de débat aussi bien pour les investisseurs que pour les membres de la Fed.

Si Robert Kaplan, président de la Fed de Dallas, estime qu’une baisse de taux “modeste, restreinte, limitée” pourrait être justifiée, Charles Evans, son homologue de Chicago, pense qu’une baisse de taux d’un demi-point de pourcentage dès le 31 juillet pourrait aider la banque centrale américaine à atteindre plus rapidement son objectif d’inflation.

En Europe, Benoît Coeuré, l’un des membres du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) a redit mercredi que l’institut d’émission se tenait prêt à agir si nécessaire pour que l’inflation se rapproche de son objectif proche de 2%.

Aux interrogations sur la politique monétaire et le commerce, s’ajoutent les résultats des entreprises aux Etats-Unis et Europe qui suscitent également la prudence après les publications en demi-teinte mardi dans le secteur bancaire américain notamment.

Les résultats trimestriels de Bank of America, Netflix ou encore IBM sont au menu du jour.

En macro-économie, c’est l’inflation britannique à 8h30 GMT et celle de la zone euro à 11h00 GMT qui retiendront l’attention du marché.

VALEURS

Les technologiques (+0,5%) mènent les hausses en Europe alors que le secteur du pétrole et du gaz (-1,1%) accuse la plus forte baisse, dans le sillage de la chute des cours du brut la veille. Total (-1,4%) tire notamment le CAC à la baisse à Paris.

A Francfort, le concepteur de semi-conducteurs Dialog Semiconductor gagne 3,04% après avoir relevé sa prévision de bénéfice pour le deuxième trimestre à la faveur de bonnes performances commerciales et des effets de l’accord de transfert d’actifs conclu l’an dernier avec Apple, son principal client.

Dans le même compartiment, le néerlandais ASML prend 3,25% après avoir publié une marge trimestrielle supérieure aux attentes.

Plus forte hausse du Stoxx 600, l’horloger suisse Swatch grimpe de 5,08% après avoir dit prévoir une croissance robuste au second semestre et sur l’année 2019. Il entraîne dans son sillage Hermès (+1,70%) en tête du CAC 40 à Paris.

En baisse, Ericsson perd 4,47% après des résultats sans surprise.

EN ASIE

A La Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a fini en légère baisse (-0,31%), les inquiétudes concernant le commerce entre les États-Unis et la Chine ayant ravivé l’aversion pour le risque.

La tendance en Chine a été légèrement baissière, les investisseurs restant relativement calmes face aux craintes sur les relations commerciales entre Washington et Pékin en attendant davantage de précisions sur les négociations.

Le CSI 300 des grandes capitalisations a perdu 0,06%.

A WALL STREET

Les indices de la Bourse de New York ont terminé mardi en repli une séance marquée par le retour des craintes entourant les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ainsi que la santé des banques américaines dans un environnement de taux bas.

L’indice Dow Jones a cédé 0,09%. Le S&P-500 a reculé de 0,34% et le Nasdaq Composite de 0,43%.

Dans l’actualité des entreprises, JPMorgan (+1,06%) et Wells Fargo (-3,06%) ont fait état de bénéfices trimestriels en hausse mais aussi de pressions sur leurs marges d’intérêts. Goldman Sachs a pris 1,87% après avoir publié un bénéfice supérieur aux attentes.

TAUX

Le rendement des Treasuries à 10 ans recule légèrement à 2,1% après avoir progressé la veille jusqu’à 2,143 à la faveur des chiffres meilleurs que prévu des ventes au détail aux Etats-Unis. .

Le 10 ans allemand cède plus de deux points de base, proche de -0,315%, un plus bas d’une semaine.

“Il est très probable que nous aurons une baisse de taux en juillet aux Etats-Unis et la question est de savoir si nous aurons une réduction de 25 ou 50 points de base”, commente Daniel Lenz, stratège taux chez DZ Bank.

CHANGES

L’euro se stabilise à 1,121 dollar après avoir perdu plus de 0,4% la veille en réaction à la baisse plus forte que prévu de l’indice ZEW sur le sentiment des investisseurs allemands, sur fond de tensions commerciales et géopolitiques.

Le dollar est inchangé face à un panier de devises de référence, proche d’un plus haut d’une semaine atteint mardi.

Après avoir perdu 0,9% mardi face au dollar, la livre sterling est stable à 1,24. Il a touché en début d’échanges un nouveau creux de 27 mois à 1,2380, face aux risques d’un Brexit sans accord.

“La livre est à de nouveaux plus bas et selon nous il y a de fortes raisons fondamentales pour que la tendance négative se poursuive”, commentent les stratégistes de MUFG, soulignant les repercussions du Brexit sur l’économie.

“Le flux de données économiques montre également un potentiel de récession au Royaume-Uni”, ajoutent-ils.

PÉTROLE

Les cours pétroliers sont en légère hausse après avoir cédé plus de 3% mardi sur fond d’apaisement des tensions entres les Etats-Unis et l’Iran, bien que les gains du brut américain restent inférieurs à ceux du Brent à cause de la baisse moins marquée qu’attendu des réserves américaines selon les chiffres hebdomadaires de l’American Petroleum Institute (API).

Le brut léger américain (West Texas Intermediate) monte à 57,68 dollars et le Brent progresse de 0,36% à 64,58 dollars.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below