July 10, 2019 / 8:43 AM / 2 months ago

Prudence pour l'Europe boursière avant l'audition de Powell

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sur une note prudente mercredi dans les premiers échanges, les investisseurs hésitant sur la direction à prendre avant l’audition dans l’après-midi de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, au Congrès américain.

Les principales Bourses européennes évoluent sur une note prudente mercredi. À Paris, l'indice CAC 40 est stable (-0,02%) à 5.570,79 points vers 7h55 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,15% alors qu'à Londres, le FTSE prend 0,14%. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

À Paris, l’indice CAC 40 est stable (-0,02%) à 5.570,79 points vers 7h55 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,15% alors qu’à Londres, le FTSE prend 0,14%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,10%, le FTSEurofirst 300 perd 0,05% et le Stoxx 600 recule de 0,10%.

Le président de la Fed s’exprimera à partir de 14h00 GMT devant la commission bancaire de la Chambre des représentants, avant une audition similaire devant le Sénat jeudi. Dans l’intervalle, à 18h00 GMT, la Fed publiera le compte rendu de sa réunion monétaire du mois de juin.

Jerome Powell est attendu sur la politique que la banque centrale compte mettre en place alors que les marchés anticipent à 100% une baisse de taux de 25 points de base lors de la réunion des 30 et 31 juillet.

“Les investisseurs, anticipant largement une baisse des taux fin juillet, cherchent par ailleurs à recueillir des indices sur une baisse ultérieure des taux directeurs”, déclare Invest Securities dans une note.

Les marchés prendront également connaissance, à 8h30 GMT, de plusieurs statistiques britanniques.

VALEURS

La plus forte hausse sectorielle revient à l’automobile (+0,66%) sans doute encouragé par les déclarations de Larry Kudlow, le principal conseiller économique du président américain, qui a fait savoir que les principaux responsables des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine avaient eu une conversation téléphonique constructive mardi.

Les fabricants de semi-conducteurs sont en hausse, des traders évoquant la vigueur des ventes mensuelles du taiwanais TSMC, le premier sous-traitant mondial du secteur.

Infineon gagne 2,51%, AMS s’adjuge 3,97%, et STMicroelectronics prend la tête du CAC avec un gain de 2,35%.

Lanterne rouge du Stoxx 600, le cabinet britannique de recrutement Hays perd 6,95%, entraîné par la chute de 15% de son concurrent PageGroup, ce dernier ayant averti que son résultat d’exploitation annuel se situerait vers le bas des attentes du marché en raison des incertitudes autour du Brexit.

A la Bourse de Zurich, l’action GAM cède 5,80%, la société financière suisse ayant annoncé qu’elle pensait avoir stabilisé ses actifs sous gestion à la fin du premier semestre. [L8N24B14K]

EN ASIE

Les places boursières asiatiques ont enregistré des variations modérées dans l’attente de l’audition de Jerome Powell, les investisseurs ne semblant pas vraiment réagir aux dernières annonces, pourtant encourageantes, sur le commerce.

“Nous ne nous attendons pas à une résolution rapide des tensions commerciales, mais plutôt à une longue période de confrontation entre les États-Unis et la Chine, ce qui signifie que les marchés resteront volatils”, commente Bin Shi, responsable des actions chinoises chez UBS Asset Management.

L’indice CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a fini à -0,17%, déprimée également par l’annonce d’une stagnation des prix producteurs chinois en juin. A la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a aussi terminé la séance sur une note légèrement baissière (-0,15%).

A WALL STREET

La Bourse de New York a clôturé en ordre dispersé mardi une séance marquée à la fois par les craintes de voir les tensions commerciales peser sur les bénéfices des entreprises et par la hausse des grandes valeurs technologiques et d’internet. [.NFR]

L’indice Dow Jones a perdu 0,08% après avoir cédé jusqu’à 0,52%. Le Standard & Poor’s 500, qui a passé l’essentiel de la journée dans le rouge, a terminé sur un gain de 0,12%. Le Nasdaq Composite, lui, a progressé de 0,54%.

Le secteur de la chimie a abandonné 1,18%, plombé par l’avertissement du groupe allemand BASF, qui a évoqué l’impact des tensions sur le commerce sur ses résultats.

TAUX

Le rendement des Treasuries à 10 ans, baromètre du sentiment du marché sur la santé de l’économie, continue de progresser avant l’audition de Jerome Powell au Capitole. Il prend près de quatre points de base à 2,0925%, un pic de trois semaines.

Les contrats à terme sur les taux intègrent désormais une probabilité de 1,8% seulement d’une baisse de 50 points de base du taux des fed funds le 31 juillet, contre 25% il y a une semaine.

En Europe, le 10 ans allemand gagne plus de quatre points de base à -0,314%, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis le début du mois, grâce à la forte hausse de la production industrielle en France au mois de mai.

L’OAT de même échéance grimpe de quatre points de base, à -0,0163%, se rapprochant de la barre symbolique de 0%.

CHANGES

Le dollar s’est apprécié dans la foulée de la hausse des rendements obligataires américains pour atteindre mardi son plus haut niveau depuis trois semaines face à un panier de devises internationales.

L’indice dollar se stabilise ce mercredi et l’euro dans le même temps évolue autour de 1,1215 dollar, après être descendu la veille sous le seuil de 1,12.

PÉTROLE

Les prix du pétrole sont en hausse, portés par la baisse plus forte que prévu des stocks américains de brut selon les statistiques hebdomadaires de l’American Petroleum Institute (API).

Le baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 1,70% à 58,80 dollars et le Brent s’octroie 1,3%, repassant les 65 dollars.

MÉTAUX

Le cours du nickel a touché un plus haut de trois mois, à 12.970 dollars la tonne, en réaction aux annonces sur le commerce entre les Etats-Unis et la Chine.

ÉMERGENTS

La Bourse de Mexico (-1,77%) a fini mardi à son plus bas niveau depuis début juin en raison des inquiétudes suscitées par la démission du ministre des Finances mexicain, dénonçant l’influence de l’”extrémisme” sur la politique économique actuelle.

Le peso est en légère baisse (-0,2%) après être tombé la veille à un plus bas d’un mois.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below