July 4, 2019 / 1:49 PM / 3 months ago

Bosch discute avec CVC de la vente de sa division conditionnement

L'équipementier automobile allemand Bosch est en négociations avancées pour vendre sa division de machines de conditionnement au fonds de capital-investissement britannique CVC, dans le cadre d'un accord qui pourrait la valoriser jusqu'à 850 millions d'euros, a appris Reuters d'une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle

FRANCFORT (Reuters) - L’équipementier automobile allemand Bosch est en négociations avancées pour vendre sa division de machines de conditionnement au fonds de capital-investissement britannique CVC, dans le cadre d’un accord qui pourrait la valoriser jusqu’à 850 millions d’euros, a appris Reuters d’une source proche du dossier.

CVC devrait remporter la mise au terme d’un processus lancé il y a plus d’un an.

Le groupe d’ingénierie italien Coesia, le groupe industriel allemand Körber ainsi que les sociétés de capital-investissement KKR et Bain ont également transmis des offres définitives avant la date butoir fixée à mi-juin, avaient dit plusieurs personnes proches du dossier.

Cette vente s’inscrit dans le cadre d’une restructuration du groupe allemand qui veut se renforcer dans les technologies pour les voitures autonomes et électriques.

La division, concurrente de la société italienne IMA, fabrique des machines de conditionnement pour l’agroalimentaire et les médicaments. Elle emploie 6.100 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 1,3 milliard d’euros.

Les constructeurs automobiles et les équipementiers s’efforcent d’accroître leurs investissements dans les véhicules électriques et autonomes afin de répondre au durcissement des règles en matière de pollution.

L’industrie du conditionnement a connu une vague de consolidation au cours de ces dernières années, attirant les groupes de capital-investissement séduits par les flux de trésorerie stables de ses entreprises.

La semaine dernière, Aurelius a vendu le fabricant d’emballages Solidus à Centerbridge pour 330 millions d’euros.

Arno Schütze; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below