July 3, 2019 / 4:42 PM / 4 months ago

Osram va étudier une offre d'€35/action de Bain et Carlyle

par Arno Schuetze, Alexander Hübner et Kathrin Jones

Osram a confirmé mercredi avoir reçu une offre contraignante de la part des sociétés de capital-investissement Bain Capital et Carlyle de 35 euros par action, valorisant le spécialiste allemand de l'éclairage à 3,1 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle

FRANCFORT (Reuters) - Osram a confirmé mercredi avoir reçu une offre contraignante de la part des sociétés de capital-investissement Bain Capital et Carlyle de 35 euros par action, valorisant le spécialiste allemand de l’éclairage à 3,1 milliards d’euros.

Dans un communiqué, le groupe précise que ses instances décisionnaires allaient rapidement étudier cette proposition et prendre une décision.

Des sources avaient dit dans la journée à Reuters que conseil de surveillance d’Osram a convoqué une réunion extraordinaire jeudi pour discuter de l’offre de Bain et de Carlyle, qui auraient obtenu ces derniers jours le financement nécessaire à l’opération.

L’action Osram a fini mercredi en hausse de 11,51% à 32,25 euros à la Bourse de Francfort. Le titre a perdu plus de 60% de sa valeur depuis son pic de 79,58 euros atteint en janvier 2018. Sa capitalisation boursière s’élève à 2,80 milliards d’euros.

Scindé de Siemens en 2013, Osram souffre de la baisse des ventes automobiles et d’un ralentissement général de l’économie. Le groupe a déclaré en février que Bain et Carlyle envisageaient de faire commune offre pour prendre 100% de son capital.

Osram suscite également la convoitise d’autres entreprises, notamment de la part de l’autrichien AMS, qui a exprimé des marques d’intérêt sans toutefois aller jusqu’à une offre concrète, a déclaré une des sources.

AMS n’était pas disponible dans l’immédiat pour un commentaire.

Olaf Berlien, président du directoire d’Osram depuis 2015, a tenté de transformer le fabricant d’ampoules en un groupe de haute technologie qui produit des puces, des systèmes d’éclairage numériques, des capteurs et d’autres composants.

Ce projet n’est cependant pas parvenu à emporter l’adhésion des investisseurs, d’autant que parallèlement, la société a dû faire face à des obstacles sur son principal marché, l’automobile, où la faiblesse de la demande s’est répercutée souvent sur les chaînes d’approvisionnement.

Après avoir abaissé l’an dernier à deux reprises sa prévision de bénéfice, le groupe avait déclaré en mars s’attendre désormais à un repli de 11% à 14% du chiffre d’affaires des activités poursuivies en 2019 contre une hausse de 3% maximum.

En mai, le groupe a publié un Ebitda en baisse de 56% au titre du deuxième trimestre de son exercice décalé en expliquant que l’évolution de ses marchés restait difficile dans un contexte de ralentissement économique.

Dans le cadre de sa restructuration, Osram a cédé le mois dernier sa division de luminaires Siteco à Stern Stewart Capital, le véhicule d’investissement de la société de conseil en stratégie Stern Stewart & Co, pour un montant non divulgué.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below