June 25, 2019 / 8:33 AM / 5 months ago

Les Bourses européennes reculent, le commerce et l'Iran inquiètent

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en repli mardi dans le sillage des places asiatiques, les incertitudes sur le commerce sino-américain et les tensions géopolitiques entre l’Iran et les Etats-Unis freinant la prise de risque.

Les principales Bourses européennes ont ouvert en repli mardi. À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,16% à 5.512,69 points vers 08h15 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,22% et à Londres, le FTSE abandonne 0,34%, un repli accentué par celui des valeurs exportatrices avec la faiblesse du dollar. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

À Paris, l’indice CAC 40 cède 0,16% à 5.512,69 points vers 08h15 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,22% et à Londres, le FTSE abandonne 0,34%, un repli accentué par celui des valeurs exportatrices avec la faiblesse du dollar.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,31%, le FTSEurofirst 300 de 0,20% et le Stoxx 600 de 0,18%.

L’attention des investisseurs est tournée vers le sommet du G20 qui aura lieu vendredi et samedi au Japon, avec comme événement le plus attendu la rencontre prévue entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping sur le commerce.

Les dernières annonces en provenance de Washington ne devraient pas inciter les investisseurs à l’optimisme. Un représentant de l’administration américaine a déclaré lundi que Donald Trump considérait cet entretien comme une chance de connaître la position de Pékin sur le conflit commercial et qu’il était “à l’aise” avec toutes les issues possibles aux discussions qu’il mènera avec Xi Jinping.

Sur l’autre sujet de préoccupation des marchés, celui des tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et l’Iran, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que la décision des Etats-Unis d’imposer des sanctions au guide suprême de la révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, et à d’autres hauts représentants de l’Iran fermait définitivement le canal diplomatique entre les deux pays.

Les Etats-Unis ont annoncé de leur côté que la porte des négociations étaient toujours ouverte.

Les investisseurs suivront avec attention les interventions de plusieurs membres de la Réserve fédérale, dont son président Jerome Powell, qui s’exprimera sur les perspectives économiques et la politique monétaire à 17h00 GMT.

“Il est toujours possible que Jerome Powell revienne sur l’interprétation accommodante qu’ont faite les marchés de la dernière réunion du FOMC mais nous pensons qu’il renforcera ses annonces (ouvrant la voie à une baisse de taux)”, a déclaré Kevin Cummins, économiste chez NatWest Markets, qui s’attend à une baisse de taux de 25 points de base lors de la prochaine réunion du comité de politique monétaire de la Fed en juillet.

VALEURS

Plus forte hausse du CAC 40, Capgemini prend 7,09% après avoir annoncé lundi soir le rachat d’Altran, en tête du Stoxx 600 avec un gain de 20,88%, dans le cadre d’une offre amicale censée donner naissance à un acteur mondial de la transformation numérique des entreprises industrielles.

L’indice Stoxx lié à la technologie en profite pour gagner 0,51%.

A la baisse, l’opérateur télécoms Iliad recule de 5,87% en raison d’un abaissement de recommandation de Berenberg à “conserver”.

EN ASIE

Le Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,43%, pénalisé par l’incertitude sur l’évolution du conflit commercial entre Washington et Pékin et la vigueur du yen.

Autre signe de l’inquiétude concernant la situation commerciale sino-américaine, le CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a abandonné 1%, après avoir touché la semaine dernière un plus haut depuis début mai.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé lundi, après le niveau record atteint vendredi par l’indice S&P-500 dans l’espoir d’une baisse des taux de la Réserve fédérale. [.NFR]

L’indice Dow Jones a grignoté 0,03% tandis que le S&P-500 a cédé 0,17% et que le Nasdaq Composite a reculé de 0,32%.

TAUX

Le rendement des Treasuries à dix ans est en légère baisse, juste au-dessus de 2%. En Europe, le Bund allemand de même échéance suit la même trajectoire et est tombé dans la matinée à -0,332%.

CHANGES

L’indice dollar est inchangé face à un panier de devises de référence mais reste proche d’un plus bas depuis la mi-mars, affaibli par les anticipations de baisse des taux aux Etats-Unis.

L’euro en a profité pour se hisser à un plus haut de trois mois, à 1,1412 dollar.

Le yen, valeur refuge par excellence, gagne environ 0,25% et se traite à 107 pour un dollar, après s’être raffermi jusqu’à 106,77, un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis le 3 janvier.

PÉTROLE

Les cours du pétrole baissent dans un climat de regain d’inquiétude concernant la demande mondiale de brut. Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) perd 0,4% à 57,7 dollars le baril et le Brent recule de son côté à 64,7 dollars.

MÉTAUX

L’or a atteint son plus haut niveau en six ans, à 1.438,63 dollars l’once, à la faveur de la baisse du dollar et des tensions latentes entre les Etats-Unis et l’Iran.

Édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below