June 19, 2019 / 12:38 PM / a month ago

L'attentisme limite les variations avant la Fed

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue pratiquement inchangée et les Bourses européennes sont en léger repli en début d’après-midi mercredi au lendemain d’une forte hausse, les marchés financiers évitant de prendre de nouvelles prises de position à quelques heures des décisions très attendues de la Réserve fédérale américaine.

Wall Street est attendue pratiquement inchangée et les Bourses européennes sont en léger repli en début d'après-midi mercredi. À Paris, le CAC 40 gagne 0,07% vers 12h10 GMT. À Francfort, le Dax grignote 0,02%. Londres sous-performe, avec un recul de 0,29% pour le FTSE 100. /Photo d'archives. /REUTERS/Lucas Jackson

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street très proche de la clôture de la veille. L’indice Standard & Poor’s 500 a gagné près de 1% mardi pour se rapprocher de son record de début mai, tiré par l’annonce d’une rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Osaka à la fin du mois.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,07% à 5.513,45 points vers 12h10 GMT, au plus haut depuis le 3 mai. À Francfort, le Dax grignote 0,02%.

Londres sous-performe, avec un recul de 0,29% pour le FTSE 100, pénalisé par le secteur du transport aérien.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est stable, l’EuroStoxx 50 de la zone euro grappille 0,04% et le Stoxx 600 abandonne 0,07%.

Les actions européennes ont vécu mardi l’une de leurs meilleures séances depuis le début de l’année en réaction au discours de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), assurant que cette dernière est prête à assouplir sa politique monétaire si les perspectives économiques se dégradent.

Les marchés attendent désormais de savoir si la Fed emploiera un ton aussi accommodant à l’issue de ses deux jours de réunion. Le communiqué de la banque centrale américaine est attendu à 18h00 GMT et la conférence de presse de son président, Jerome Powell, une demi-heure plus tard.

“Si une baisse de taux n’est pas attendue par le consensus, il faut cependant se méfier de potentielles surprises”, estime Mirabaud Securities, qui évalue à 45% la probabilité que Jerome Powell évoque une baisse de taux imminente et à 40% celle d’un discours légèrement “dovish”.

Les contrats à terme suggèrent une baisse quasi certaine d’un quart de point de l’objectif de taux des “fed funds” en juillet et une réduction totale de plus de 60 points de base d’ici la fin de l’année.

VALEURS EN EUROPE

La plus forte hausse sectorielle en Europe est pour le compartiment automobile, qui progresse de 1,16%, alors que celui de l’immobilier, défensif, abandonne 1,73%.

Du côté des technologiques, dont l’indice prend 0,09%, les valeurs des semi-conducteurs profitent d’avis favorables de Morgan Stanley sur ASML (+0,88%) et STMicroelectronics (+2,76%).

A la baisse, Air France-KLM perd 2,32%; HSBC a abaissé sa recommandation sur la valeur à “conserver” en disant s’attendre à d’autres avertissements sur résultats dans le secteur après celui de Lufthansa (-1,01%).

A Londres, IAG, la maison mère de British Airways et Iberia, cède 2,34% et Easyjet 1,20%.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de la zone euro remontent au lendemain d’une séance de forte baisse qui a amené le dix ans allemand à un plus bas historique et le dix ans français en territoire négatif pour la première fois.

Le rendement du Bund reprend un peu plus de trois points de base à -0,289% et le français près de quatre points à 0,047%.

Le dix ans américain est sur la même tendance à 2,0819%.

CHANGES

Le dollar est en léger recul face à un panier de devises de référence mais reste proche du plus haut de deux semaines touché mardi à la faveur du repli marqué de l’euro.

Ce dernier reprend un peu de terrain et oscille autour du seuil de 1,12 dollar.

La livre sterling poursuit sa remontée, les cambistes réduisant leurs positions à découvert, en dépit des chiffres mensuels de l’inflation au Royaume-Uni, revenus à leur plus bas niveau depuis trois ans, ce qui réduit la probabilité d’une prochaine hausse de taux.

PÉTROLE

Les cours du brut cèdent un peu de terrain, touchés eux aussi par des prises de bénéfice au lendemain d’une forte hausse, la plus importante depuis début janvier pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

Ce mouvement est favorisé par les chiffres hebdomadaires de l’American Petroleum Institute (API) montrant une diminution moins marquée qu’anticipé des stocks aux Etats-Unis.

L’Opep a par ailleurs reporté au 1er juillet sa prochaine réunion ministérielle, qui sera élargie le lendemain à ses alliés non membres pour débattre de l’avenir de leur accord d’encadrement de la production.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below