June 12, 2019 / 8:17 PM / a month ago

Wall Street en léger repli sans conséquence

PARIS (Reuters) - Wall Street a terminé la séance de mercredi en léger repli, les craintes permanentes liées aux tensions commerciales sino-américaines ayant été en partie atténuées par une statistique d’inflation modeste qui ne serait donc pas un obstacle à une baisse des taux d’intérêt aux Etats-Unis.

Wall Street a terminé la séance de mercredi en léger repli. L'indice Dow Jones a cédé 0,17%, à 26.004,83 points. /Photo d'archives/REUTERS/Andrew Kelly

L’espoir de voir la Réserve fédérale faire un geste pour amortir les effets de la guerre commerciale et d’un ralentissement économique mondial soutient les actions ce mois-ci et l’indice S&P-500 est en hausse de quelque 4,6% depuis le début juin.

La banque centrale tiendra sa réunion les 18 et 19 juin et les marchés anticipent au moins deux baisses des taux d’ici la fin de l’année. Les futures des Fed funds induisent une probabilité de l’ordre de 80% d’une détente des taux dès juillet.

Dans l’attente de cette réunion, les investisseurs réduisent leur exposition aux actions après le récent rally.

L’indice Dow Jones a cédé 43,68 points, soit 0,17%, à 26.004,83 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 5,88 points (0,20%) à 2.879,84 points. Le Nasdaq Composite a laissé 29,85 points (0,38%) à 7.792,72 points.

L’indice des prix à la consommation (CPI) a augmenté de 0,1% le mois dernier après une hausse de 0,3% en avril. Sur un an, sa progression revient ainsi à 1,8% après 1,9% sur les 12 mois à fin avril. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,1% sur un mois et de 1,9% en rythme annuel.

Le président américain Donald Trump a défendu mardi le recours aux droits de douane dans sa stratégie commerciale tandis que la Chine a promis une réponse forte en cas de nouvelle escalade dans les relations entre les deux superpuissances.

Trump a également dit qu’il souhaitait rencontrer son homologue chinois Xi Jinping en marge du sommet du G20, les 28 et 29 juin à Osaka mais aucune des deux capitales n’a confirmé pour le moment qu’une telle rencontre aurait bien lieu.

Le volume a été de 5,98 milliards de titres échangés contre 6,88 milliards en moyenne sur les 20 séances précédentes.

VALEURS

Les attentes d’une baisse des taux américains ont pénalisé le secteur financier, dont l’indice a laissé 0,95%, tandis que celui de l’énergie a cédé 1,44% - plus forte perte sectorielle du jour - dans le sillage des cours du brut qui ont fortement baissé.

Avec sa perte d’aujourd’hui, le secteur de l’énergie est celui qui accuse la plus mauvaise performance depuis le début de l’année.

L’indice des bancaires proprement dites a abandonné 1,41%.

Le secteur des services aux collectivités, qui réagit bien à toute baisse des taux, a gagné 1,3%, meilleure performance de la journée.

Les valeurs des semi-conducteurs, qui tirent une bonne partie de leurs revenus de la Chine, ont fléchi. L’indice sectoriel de Philadelphie a laissé 2,3%. Micron Technology, Applied Materials et Lam Research ont chacune laissé plus de 5%.

Facebook a perdu 1,72%, le Wall Street Journal ayant rapporté que des courriels internes au réseau social semblent montrer la participation de Mark Zuckerberg, son directeur général, à des échanges relatifs aux pratiques contestées du groupe au sujet des données personnelles de ses utilisateurs.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont à peine augmenté en mai et reflètent une inflation modérée qui, conjuguée à un ralentissement de la croissance, pourrait fournir un argument supplémentaire en faveur d’une baisse des taux par la Réserve fédérale dans les prochains mois.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé mercredi dans le rouge, les craintes pour l’économie mondiale sur fond de tensions commerciales reprenant le dessus sur l’espoir d’un coup de pouce des banques centrales, Réserve fédérale en tête, aux actifs risqués.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,62% à 5.374,92 points. Le Footsie britannique a abandonné 0,42% et le Dax allemand a reculé de 0,33%. L’indice EuroStoxx 50 a cédé 0,43%, le FTSEurofirst 300 0,32% et le Stoxx 600 0,30%.

TAUX

La courbe des rendements s’est pentifiée en réaction à une statistique d’inflation modérée qui a fait baisser les taux courts, attestant de l’accroissement des anticipations d’une détente des taux par la Réserve fédérale.

Le taux à deux ans cède 3,7 points de base à 1,8827%, tandis que celui à 10 ans perd 1,8 point de base à 2,1222%, donnant un “spread” de 23,9 points de base contre 21,3 pdb mardi en clôture.

Le Trésor a adjugé pour 24 milliards de dollars de notes à 10 ans, suscitant une demande dans la moyenne, meilleure qu’en mai. L’adjudication n’a eu que peu d’effet sur les rendements.

CHANGES

En dépit d’une multiplication des conjectures sur une baisse des taux aux Etats-Unis, le dollar a progressé contre l’euro, profitant d’un différentiel de taux qui reste favorable par rapport à la zone euro.

Le billet vert avait toutefois brièvement baissé en réaction à la statistique d’inflation mais en fin de journée il gagnait 0,37% à 1,1286 par euro, tandis que face à un panier de devises de référence il progressait de 0,33%.

PETROLE

Les cours du pétrole ont terminé en forte baisse mercredi sur le Nymex, plombés par une nouvelle hausse inattendue des stocks américains et par des perspectives moroses pour la demande pétrolière mondiale.

Shreyashi Sanyal, Caroline Valetkevitch, Laila Kearney, Kate Duguid, Karen Brettell; Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below