June 12, 2019 / 5:11 AM / 6 months ago

Nissan: Des sociétés de conseil défavorables au maintien de Saikawa

TOKYO (Reuters) - Une importante société de conseil a incité les actionnaires de Nissan à voter contre le maintien de Hiroto Saikawa au poste de directeur général, un rare désaveu public pour un dirigeant d’une grande firme japonaise, sur fond de tensions entre Nissan et son partenaire français Renault.

Une importante société de conseil a incité les actionnaires de Nissan à voter contre le maintien de Hiroto Saikawa (photo) au poste de directeur général, un rare désaveu public pour un dirigeant d'une grande firme japonaise, sur fond de tensions entre Nissan et son partenaire français Renault. /Photo prise le 17 décembre 2018/REUTERS/Kim Kyung-Hoon

La recommandation effectuée par Institutional Shareholder Services (ISS) souligne la position précaire de Saikawa, que le président déchu Carlos Ghosn avait préparé à une prise de pouvoir chez Nissan, mais qui apparaît incapable d’apaiser les tensions entre le constructeur japonais et Renault.

Dans une note de recherche, ISS recommande aux actionneurs de se prononcer contre le maintien de Saikawa à la direction de Nissan lors de l’assemblée générale des actionnaires ce mois-ci, cela dans le but de garantir une “rupture nette” avec l’ère Carlos Ghosn, arrêté en novembre dernier au Japon sur des accusations de malversations financières.

“Quand une société a besoin de rompre avec son passé et construire un conseil d’administration solide avec de nouveaux membres, la réélection de Hiroto Saikawa, qui a siégé au conseil d’administration pendant 14 ans et a travaillé étroitement avec Carlos Ghosn, n’apparaît pas appropriée”, écrit ISS.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès de Nissan.

Une autre société de conseil, Glass Lewis, a elle aussi recommandé aux actionnaires de ne pas voter en faveur de Saikawa, a rapporté le journal Nikkei. Glass Lewis n’a pas pu être joint dans l’immédiat pour une demande de commentaire.

Saikawa devra obtenir le vote d’au moins la moitié des actionnaires lors de l’assemblée du 25 juin pour être maintenu à son poste.

Une confirmation à son poste de Saikawa serait probablement perçu comme un revers pour Renault, qui a laissé entendre qu’il bloquerait l’adoption des réformes de gouvernance de Nissan si elle n’était pas mieux représentée dans la nouvelle organisation.

Le constructeur français plaide pour un renouvellement de l’équipe dirigeante avant d’entamer des discussions de fusion avec Nissan. Saikawa, opposé à un tel rapprochement, est vu comme un obstacle à la fusion entre les deux groupes.

Une personne au fait de l’opinion de Nissan a déclaré mercredi à Reuters que les récentes manoeuvres de Renault contre les réformes de gouvernance voulues par Nissan avaient mis en danger l’alliance entre les deux constructeurs.

Linda Sieg et Naomi Tajitsu, avec Shriya Ramakrishnan à Bangalore; Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below