June 11, 2019 / 8:40 AM / a month ago

Les actions européennes poursuivent leur rebond

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en hausse mardi matin, les secteurs de l’automobile et des matières premières continuant de profiter de l’accord conclu entre le Mexique et les Etats-Unis pour éviter une taxation des produits mexicains et des espoirs de baisse de taux aux Etats-Unis pour soutenir l’économie.

Les principales Bourses européennes évoluent en hausse mardi matin. À Paris, le CAC 40 gagne 0,49% vers 08h05 GMT. À Londres, le FTSE 100 avance de 0,48% et à Francfort, le Dax prend 1,23%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, le CAC 40 gagne 0,49% à 5.409,04 points vers 08h05 GMT après avoir repassé le seuil des 5.400 points pour la première fois depuis le 20 mai. À Londres, le FTSE 100 avance de 0,48% et à Francfort, le Dax prend 1,23%.

Les marchés allemands étaient fermés lundi pour la Pentecôte et n’ont pas profité du mouvement général de hausse des actions favorisé par l’accord entre les Etats-Unis et le Mexique.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,63%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,61% et le Stoxx 600 de 0,66%, au plus haut depuis le 29 mai.

“Les actions poursuivent un rally de soulagement remarquable, les investisseurs laissant de côté les inquiétudes liées à la guerre commerciale pour miser sur le fait que la Fed viendra à la rescousse”, explique Neil Wilson, analyste de Markets.com, tout en rappelant que “le Mexique a toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête” et que “le spectre chinois est toujours présent”.

Le président américain, Donald Trump, a en effet déclaré lundi qu’il pourrait étendre les droits de douane en vigueur à 300 milliards de dollars (265 milliards d’euros) de produits chinois après le sommet du G20, qui aura lieu à la fin du mois au Japon. Le ministère chinois des Affaires étrangères lui a répliqué mardi que Pékin réagirait avec “détermination” en cas de nouvelle escalade.

Autre incertitude: l’évolution de la politique monétaire américaine, à huit jours des décisions de la Réserve fédérale, le débat sur les marchés ne portant plus sur l’opportunité d’une baisse de taux mais sur le calendrier de celle-ci.

VALEURS

La hausse des cours de plusieurs métaux de base et du pétrole permet à l’indice Stoxx des matières premières de gagner 1,88%, de loin la meilleure performance sectorielle du jour.

A Paris, ArcelorMittal affiche la plus forte hausse du CAC 40 avec un gain de 3,69%. Au sein du SBF 120, Imerys et Aperam prennent respectivement 3,48% et 2,24%.

Le compartiment automobile, lui, est entrainé d’une part par les valeurs allemandes du secteur, qui tirent profit de l’accord USA-Mexique avec 24 heures de retard pour cause de fermeture des marchés allemands lundi, d’autre part par Renault (+1,56%) et Fiat Chrysler Automobiles (+1,08%) après les propos de la ministre française des Transports pour qui le dossier du projet de fusion “n’est pas clos”.

A Francfort, Volkswagen s’adjuge 1,87%, Daimler 1,74% et BMW 1,93%.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a fini la journée sur une hausse de 0,33%, profitant de la baisse du yen et de la progression des valeurs bancaires à la faveur de la remontée des rendements obligataires américains.

Les indices chinois ont salué l’annonce lundi par Pékin de la possibilité pour les collectivités locales de consacrer le produit de certaines émissions obligataires à de grands projets d’investissement, une nouvelle mesure de soutien à l’économie: le SSE Composite de Shanghai a clôturé sur un gain de 2,58% et le CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale a pris 3,01%.

A WALL STREET

Portées par l’accord USA-Mexique et une série de fusions-acquisitions, les actions américains ont poursuivi leur rebond lundi et l’indice Dow Jones a fini sur une progression de 0,3% (78,74 points) à 26.062.28 points, sa sixième hausse consécutive, du jamais vu depuis 13 mois.

Le S&P-500, plus large, a pris 13,39 points, soit 0,46%, à 2.886,73 points, loin toutefois de son plus haut de séance.

Les deux indices se situent à un plus haut d’un mois, après avoir connu la semaine dernière leur plus forte hausse hebdomadaire depuis la fin novembre. Le S&P 500 est désormais à seulement 2,3% de son pic historique touché début mai.

Le Nasdaq Composite a avancé de 81,06 points (+1,05%) à 7.823,17 points.

TAUX

En hausse dans les premiers échanges, les rendements des emprunts d’Etat de la zone euro se sont de nouveau orientés à la baisse.

Celui du Bund allemand à dix ans s’affiche à -0,219% alors qu’il était remonté lundi à -0,211%, s’éloignant du plus bas historique inscrit vendredi à -0,262%.

Son équivalent français, à 0,1216%, rétrocède plus d’un point de base après un rebond de plus de cinq points lundi.

Sur le marché américain, le rendement des bons du Trésor à dix ans a atteint lundi son plus haut niveau depuis le 31 mai à 2,157% et fini la journée sur une hausse de près de six points de base, soutenu par le regain d’appétit pour le risque observé lundi sur l’ensemble des marchés.

Les marchés intègrent une probabilité d’environ 20% d’une baisse de taux de la Fed la semaine prochaine mais de près de 100% d’un assouplissement d’ici fin juillet.

CHANGES

Le dollar recule légèrement face à un panier de devises de référence mais reste au-dessus du plus bas de deux mois et demi touché vendredi après les chiffres inférieurs aux attentes de l’emploi américain en mai.

L’euro continue de bénéficier de la faiblesse du billet vert et se traite autour de 1,1320 dollar.

En Chine, le yuan est reparti à la hausse après les plus bas de plus six mois touchés lundi. La Banque populaire de Chine (BPC) a annoncé son intention d’émettre des bons du Trésor en yuan à Hong Kong à la fin du mois, un projet perçu par certains cambistes comme une tentative de soutenir la monnaie. La BPC a en outre fixé le cours pivot du yuan plus haut qu’attendu.

PÉTROLE

Les cours du brut profitent de la hausse des actions et des anticipations de prolongation de l’accord d’encadrement de l’offre par l’Opep et ses alliés, Russie incluse.

Le Brent se traite à près de 62,50 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) autour de 53,75 dollars.

MÉTAUX

Le prix du cuivre gagne plus de 1% à Londres après avoir touché en Asie son plus haut niveau depuis près de deux semaines sur des anticipations d’amélioration de la demande chinoise.

Le nickel prend 1,6% et l’aluminium 0,5%.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below