June 7, 2019 / 12:16 PM / 5 months ago

Wall Street ouvrirait en hausse, l'Europe confirme la sienne

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse vendredi en ouverture, une tendance qu’observent les Bourses européennes à mi-séance au lendemain de la déception causée par les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) et dans l’attente des statistiques de l’emploi américain, susceptibles de conforter les anticipations d’une baisse des taux aux Etats-Unis.

Les bourses européennes sont en hausse à mi-séance ce vendredi. À Paris, le CAC 40 gagne 1,5% vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,81% et à Londres, le FTSE avance de 0,86%. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,3% à 0,4% environ. À Paris, le CAC 40 gagne 1,5% à 5.357,82 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,81% et à Londres, le FTSE avance de 0,86%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progresse de 0,95%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,15% et le Stoxx 600 de 0,93%.

Les Bourses européennes ont fini en baisse jeudi, déplorant que la BCE n’ait pas évoqué de baisse des taux - le président Mario Draghi a cependant signalé que l’option avait été discutée - et qu’elle se soit contentée de repousser à nouveau l’horizon d’un éventuel premier relèvement des taux.

La position de la BCE tranche avec celle de la Réserve fédérale, qui n’écarte plus l’éventualité d’une baisse des taux d’intérêt si l’économie américaine si nécessaire.

Le rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis attendu à 12h30 GMT sera d’autant plus que suivi l’enquête ADP publiée mercredi s’est révélée nettement moins bonne que prévu, confortant le scénario d’un assouplissement monétaire.

VALEURS EN EUROPE

Sanofi bondit de 5,2% à la suite de la nomination au poste de directeur général de Paul Hudson, actuellement à la tête de la division pharmaceutique de Novartis (-0,23%).

Le groupe français figure en tête des hausses de l’indice CAC 40 et au deuxième rang de celles du Stoxx 600.

Soitec grimpe de 5,4% après la signature de plusieurs contrats avec Globalfoundries portant sur l’approvisionnement à long-terme de plaques de silicium sur isolant.

Tous les indices sectoriels européens évoluent dans le vert à l’exception de celui de l’immobilier (-0,32%), affecté par la chute de Deutsche Wohnen (-6,28%) à la suite de la proposition de responsables politiques d’imposer un gel des loyers de cinq ans à Berlin à partir de janvier 2020.

TAUX

Les rendements des bons du Trésor américains sont pratiquement stables à une heure à peine des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis, à 2,1224% pour les titres à dix ans.

Le rendement du Bund à 10 ans, référence de la zone euro, est lui aussi quasi inchangé à -0,23%.

Cette stabilité des rendements encourage les emprunteurs souverains à se lancer: en zone euro, quatre au moins - l’Allemagne, le Portugal, l’Irlande et l’Irlande - devraient émettre des obligations la semaine prochaine, d’autant que la Banque centrale européenne (BCE) est ouverte à de nouvelles mesures de stimulation économique face au marasme de l’industrie et aux craintes d’une récession mondiale.

Le 10 ans italien perd 6,7 points de base à 2,424%.

CHANGES

Le dollar est stable face à un panier de devises internationales avant la publication du rapport sur l’emploi américain.

Il est toutefois en passe d’accuser sa plus mauvaise semaine depuis mars en raison des anticipations de baisse de taux de la Fed à la suite des déclarations de plusieurs responsables de la banque centrale ces derniers jours.

L’euro recule légèrement, de 0,09% à 1,1264 dollar, après avoir atteint jeudi un pic de sept semaines à 1,1308 dollar en réaction aux déclarations du président de la BCE, Mario Draghi, ne laissant pas présager d’une prochaine baisse des taux en Europe.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont en hausse et s’éloignent du creux de cinq mois inscrit cette semaine, portés par l’espoir de voir l’Opep et d’autres producteurs prolonger leur accord d’encadrement de la production en vigueur depuis le début de l’année.

Le ministre de l’Energie saoudien, Khalid al-Falih, a en effet déclaré jeudi, lors d’un forum économique à Saint-Pétersbourg, qu’à 60 dollars le baril, le cours du brut était trop bas pour encourager l’investissement.

Le baril de Brent évolue autour de 62,40 dollars et celui de brut léger américain est repassé au-dessus de 53 dollars.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below