June 5, 2019 / 4:21 PM / 4 months ago

L'Europe finit loin de ses plus hauts

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé loin de leurs plus hauts du jour mercredi, la deuxième partie de la séance ayant été marquée successivement par un nouvel épisode du conflit entre l’Italie et la Commission européenne, un indicateur économique américain décevant et une rechute des cours du pétrole.

Les Bourses européennes ont terminé loin de leurs plus hauts du jour mercredi. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,45%. Le FTSE 100 à Londres et le Dax à Francfort ont progressé de 0,08%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,45% (23,74 points) à 5.292,00 points. Le FTSE 100 à Londres et le Dax à Francfort ont progressé de 0,08%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro, un temps passé en territoire négatif, a pris 0,19%, le FTSEurofirst 300 0,24% et le Stoxx 600 0,38%.

Au plus haut du jour, ce dernier gagnait près de 0,6% et le CAC 40 0,73%, profitant de l’élan donné mardi par Wall Street après le discours de Jerome Powell, le président de la Fed, perçu comme une ouverture vers une possible baisse des taux d’intérêt américains.

La gouverneure de la Fed Lael Brainard a renchéri mercredi en assurant que la Fed était disposée à ajuster ses taux en cas de besoin pour soutenir la croissance.

En zone euro, l’actualité économique du jour a été dominée par les déclarations de la Commission européenne jugeant que l’évolution des finances publiques italiennes justifiait l’ouverture d’une procédure disciplinaire, une conclusion contestée à Rome.

La Bourse de Milan a cédé 0,36%.

Les investisseurs gardent aussi un oeil sur le dossier des tensions commerciales internationales, avant des discussions prévues plus tard dans la journée entre le Mexique et les Etats-Unis.

Ils attendent également, à 18h00 GMT, le Livre beige de la Fed.

A WALL STREET

Sur les marchés américains, l’indice Dow Jones gagne 0,47%, le Standard & Poor’s 500 0,34% et le Nasdaq Composite 0,33% mais le S&P-500 et le Nasdaq sont brièvement passés dans le rouge en matinée.

Le S&P de l’énergie perd plus de 1,6%.

VALEURS

En Europe, les valeurs pétrolières et des autres matières premières ont pesé sur la tendance: l’indice Stoxx des ressources de base a cédé 1% et celui du pétrole et du gaz 0,63%.

Arcelormittal a perdu 2,51%, la plus forte baisse du CAC 40 devant TechnipFMC (-1,77%).

Le compartiment bancaire a abandonné 0,46%, pénalisé par la baisse des rendements obligataires et par le recul des banques italiennes, dont l’indice de référence a perdu 1,61%.

Les secteurs défensifs eux, ont progressé, avec une hausse de 1,36% pour celui des services aux collectivités (“utilities”) et de 1,12% pour l’immobilier.

En tête du Stoxx 600, le spécialiste français des paiements Worldline a bondi de 7,2% après un article de la presse italienne évoquant un possible rapprochement avec Sia. Ingenico, également cité dans l’article, a pris 3,62%.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aux Etats-Unis, les résultats de l’enquête mensuelle ADP sur l’emploi privé sont ressortis très inférieurs aux attentes: à 27.000, les créations de postes sont tombées selon elle à leur plus bas niveau depuis mars 2010, alors que le consensus Reuters tablait sur un chiffre de 180.000.

L’indice ISM des services est en revanche ressorti au-dessus du consensus à 56,9 contre 55,5 attendu.

En Europe, les résultats définitifs des enquêtes PMI d’IHS Markit en Europe ont montré une légère amélioration même si la croissance de l’activité du secteur privé reste ralentie.

CHANGES

La perspective d’une baisse prochaine des taux de la Réserve fédérale, renforcée par le chiffre décevant de l’enquête ADP, a pénalisé le dollar, qui est tombé à son plus bas niveau depuis six mois face au yen à 107,82.

Le repli du billet vert est plus limité face à l’euro qui évolue néanmoins au-dessus de 1,1250 dollar.

L’”indice dollar” a inscrit un plus bas de près de deux mois avant de regagner un peu de terrain.

TAUX

Le résultat de l’enquête ADP et les dernières déclarations de responsables de la Fed ont fait tomber le rendement des bons du Trésor américain à deux ans à son plus bas niveau depuis décembre 2017 à 1,773%.

Le dix ans, lui, à 2,1261% s’éloigne peu à peu du plus bas de 20 mois touché lundi à 2,061%.

En Europe, le dix ans allemand a fini la journée à -0,219% après un nouveau plus bas historique à 0,229% à la veille de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE). Son équivalent français est retombé sous 0,16%, au plus bas depuis l’automne 2016.

Les rendements italiens, eux, sont remontés après l’annonce de la Commission européenne: le dix ans a pris jusqu’à 11 points de base à 2,631%.

PÉTROLE

Les cours du brut rechutent après l’annonce par l’Energy Information Administration (EIA) américaine d’une hausse des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis la semaine dernière, qui a pris les marchés à contre-pied.

Les réserves américaines de brut ont augmenté de 6,77 millions de barils pour atteindre leur plus haut niveau depuis juillet 2017.

Les prix du Brent et du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) reculent respectivement de 4,1% et 2,7% pour revenir non loin du seuil des 60 dollars pour le premier et tout près de 51 dollars pour le second.

A SUIVRE JEUDI:

La journée de jeudi sera animée en premier lieu par la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne, qui pourrait elle aussi modifier son discours face à la dégradation des perspectives de croissance et à la faiblesse de l’inflation.

Les investisseurs attendent entre autres de la BCE des précisions sur les modalités des nouvelles opérations de refinancement ciblées (TLTRO) destinées aux banques.

“Nul doute qu’elle se montrera particulièrement généreuse dans le contexte particulièrement anxiogène dans lequel évoluent l’économie et les marchés actuellement”, prédit Eric Bourguignon, directeur des activités sur titres pour compte de tiers chez Swiss Life Asset Managers. 

On suivra aussi les chiffres mensuels de la balance commerciale américaine, qui pourraient refléter l’impact du relèvement des droits de douane sur les produits chinois.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below