May 30, 2019 / 12:28 PM / 4 months ago

Cellnex entend poursuivre ses rachats de tours télécoms en 2019-2020

par Isla Binnie et Andrés González

Le groupe d'infrastructures espagnol Cellnex s'attend à réaliser d'autres acquisitions en 2019-2020 après avoir récemment racheté des tours à l'opérateur télécoms Iliad pour trois milliards de dollars. /Photo d'archives/REUTERS/Sergio Perez

(Reuters) - Le groupe d’infrastructures espagnol Cellnex s’attend à réaliser d’autres acquisitions en 2019-2020 après avoir récemment racheté des tours à l’opérateur télécoms Iliad pour trois milliards de dollars (2,7 milliards d’euros), a déclaré jeudi à Reuters son PDG, Tobias Martinez.

“C’est le moment, 2019-2020”, a-t-il dit. Je vois les résultats se concrétiser, car nous avons travaillé en 2018. (...) Nous prévoyons de continuer à mener des opérations de fusions et d’acquisitions.”

Cellnex a acquis des dizaines de milliers de tours en Europe ces trois dernières années et est désormais considéré comme un acteur clé dans la consolidation du marché des infrastructures télécoms.

Les opérateurs de réseaux, confrontés à une croissance stagnante de leurs revenus, cherchent des moyens de maximiser leurs bénéfices et de réduire leur dette. Tobias Martinez estime qu’ils doivent changer leur modèle économique traditionnel fondé sur la propriété des antennes.

“L’enjeu stratégique n’est pas de posséder les tours, mais d’avoir accès au marché.”

Le groupe est davantage intéressé par la poursuite de l’achat d’actifs en Europe de l’Ouest, mais envisagera également (de se déployer) en Europe de l’Est”, a-t-il souligné.

Tobias Martinez a déclaré que la perspective du Brexit n’avait pas entamé son intérêt pour la société britannique d’antennes CTIL, une coentreprise entre Telefonica et Vodafone, et qu’il souhaitait développer ses activités en Grande-Bretagne.

“Nous voulons être présents en Grande-Bretagne avec ou sans Brexit”, a-t-il dit, tout en ajoutant que, selon la forme qu’il prendra, la situation pourrait se compliquer. La volatilité des devises risquent de faire baisser la valeur des actifs et de dissuader leurs propriétaires de vendre, a-t-il dit.

La sortie de la Grande-Bretagne de l’UE est fixée au 31 octobre.

“Qu’il y ait un Brexit avec accord ou pas de Brexit, ce que nous pensons être les scénarios les plus probables, la Grande-Bretagne est incontournable”, a dit Tobias Martinez.

Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below