May 28, 2019 / 4:20 PM / 4 months ago

Bourses européennes, taux et euro pénalisés par les tensions en Italie

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont clôturé mardi dans le rouge une séance dominée par la prudence en raison des tensions en Italie, ce qui s’est traduit par un net repli des rendements obligataires de référence et un accès de faiblesse de l’euro.

Les Bourses européennes ont clôturé mardi dans le rouge. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,44% et le Dax allemand a reculé de 0,37%. La Bourse de Londres a pour sa part résisté au repli général (-0,07%). /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,44% à 5.312,69 points et le Dax allemand a reculé de 0,37%.

Fermée lundi, la Bourse de Londres a pour sa part résisté au repli général (-0,07%), à la faveur notamment de la hausse des valeurs minières.

L’indice EuroStoxx 50 a cédé 0,45%, le FTSEurofirst 300 a perdu 0,19% et le Stoxx 600 s’est replié de 0,22%.

Si l’ouverture positive de Wall Street a permis un temps aux indices européens de repasser dans le vert, les tensions autour de l’Italie ont vite freiné la tentative de rebond.

Les investisseurs s’inquiètent d’un nouveau bras de fer entre Rome et Bruxelles sur les finances publiques italiennes alors que la Commission européenne menace d’imposer une amende de trois milliards d’euros à l’Italie pour non respect des règles communautaires en matière d’endettement et de déficit budgétaire structurel.

Victorieux des élections européennes organisées dans son pays, le vice-président du Conseil et dirigeant de la Ligue, Matteo Salvini, a promis qu’il emploierait “toute (son) énergie” à lutter contre ce qu’il a qualifié de règles budgétaires européennes dépassées.

A nouveau, la Bourse de Milan a sous-performé les autres indices boursiers en Europe avec une baisse de 0,66%.

TAUX

Les tensions autour de l’Italie ont favorisé une poussée des rendements obligataires du pays. Le taux à dix ans, qui avait déjà pris 11 points de base lundi, a encore bondi de quatre points de base, pour atteindre 2,697%. Il a touché jusqu’à 1,731% en séance, un plus haut depuis le 16 mai.

Parallèlement, les emprunts d’Etat jugés les plus sûrs, Etats-Unis et Allemagne en tête, ont plongé vers de nouveaux plus bas.

Le taux américain à 10 ans recule de plus de six points de base, à 2,264%, son plus bas niveau depuis septembre 2017.

Le rendement du dix ans allemand a fini quant à lui à -0,158%, en baisse de deux points de base et à un creux depuis septembre 2016.

VALEURS

Le compartiment bancaire a cédé 0,34%, pénalisé par la baisse des taux souverains et par le repli des banques italiennes dont l’indice FTSE a perdu 1,27%.

A l’inverse, le secteur automobile (+0,7%) a de nouveau profité de l’annonce du projet de rapprochement entre Renault (+0,83%) et Fiat Chrysler (-1%).

Celui des ressources de base a gagné 0,83% dans la foulée de la hausse des métaux industriels qui a favorisé notamment les valeurs minières britanniques.

A Paris, Neopost a grimpé de 9,25%, sa meilleure séance en plus de deux ans sur des résultats trimestriels bien accueillis.

À WALL STREET

A la clôture des marchés en Europe, la Bourse de New York évoluait sans grand changement après un week-end prolongé et en l’absence d’éléments nouveaux sur le front des négociations commerciales entre Washington et Pékin.

L’indice Dow Jones est quasiment stable (+0,02%), de même que le S&P 500 (+0,03)% tandis que le Nasdaq Composite avance de 0,22%.

Le compartiment technologique (+0,47%) est le principal soutien du marché, tiré par le bond de Total System Services (+5,6%) après l’annonce de son rachat par l’autre fournisseur de services de paiement Global Payments (-1,89%).

LES INDICATEURS DU JOUR

Wall Street profite par ailleurs de l’annonce d’une amélioration de la confiance du consommateur aux Etats-Unis, qui a atteint un plus haut depuis novembre, selon l’enquête mensuelle du Conference Board.

En zone euro, les statistiques du jour ont aussi montré une amélioration du sentiment économique après 10 mois consécutifs de baisse, grâce à un regain d’optimisme dans le secteur des services mais aussi dans l’industrie et parmi les consommateurs.

CHANGES

L’euro se replie vers 1,1175 dollar, pénalisé à la fois par le regain de tensions en Italie et la vigueur du dollar, qui reste un actif refuge face aux incertitudes persistantes sur le commerce international.

Le billet vert avance de 0,25% face à un panier de devises de référence, favorisé en outre par la bonne statistique sur la confiance du consommateur américain qui aide à contrebalancer l’effet de la baisse des taux des Treasuries.

PÉTROLE

Les cours du pétrole évoluent en ordre dispersé, tiraillés entre les craintes sur l’offre mondiale d’une part et les inquiétudes sur une baisse de la demande liée au conflit commercial en cours entre les Etats-Unis et la Chine d’autre part.

Le baril de Brent cède 0,1% à 70,05 dollars et celui du brut léger américain (WTI) gagne 0,55% sous les 59 dollars.

MÉTAUX

Les cours du cuivre montent mardi dans la foulée de la progression des Bourses chinoises, soutenus par les attentes de mesures de soutien supplémentaires à l’économie de la part de Pékin.

De leur côté, les cours du zinc poursuivent leur rebond, favorisés par des inquiétudes sur les faibles niveaux de stocks.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below