May 28, 2019 / 12:50 PM / 3 months ago

L'ACPR veut un règlement amiable du conflit entre Scor et Covéa

PARIS (Reuters) - L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a indiqué mardi souhaiter que le réassureur Scor et l’assureur mutualiste Covéa parviennent à régler à l’amiable le conflit qui les oppose depuis la fin de l’été dernier.

L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a indiqué mardi souhaiter que le réassureur Scor et l'assureur mutualiste Covéa parviennent à régler à l'amiable le conflit qui les oppose depuis la fin de l'été dernier. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Depuis que Covéa a fait part début septembre de son projet, abandonné depuis, de prendre le contrôle de Scor, dont l’assureur est le premier actionnaire, les deux groupes n’ont eu de cesse de s’écharper ces derniers mois.

Et le conflit a pris fin janvier une tournure judiciaire après que Scor, qui a rejeté l’offre de rachat par Covéa, a décidé d’engager actions pénales contre l’assureur mutualiste et son PDG Thierry Derez pour abus de confiance et recel d’abus de confiance.

Scor accuse Thierry Derez, et en conséquence Covéa, d’avoir profité de sa qualité d’administrateur de l’entreprise pour utiliser des informations sensibles afin de favoriser l’offre considérée comme hostile.

“Il nous paraît évidemment, comme autorité de contrôle prudentiel, préférable que ce conflit se règle par le dialogue et par un accord amiable”, a déclaré lors d’une conférence de presse Bernard Delas, le vice-président de l’ACPR. “Personne n’a intérêt à ce que cette querelle s’éternise.”

Il s’est en revanche refusé à tout commentaire sur l’objet du conflit.

D’après Le Monde, pour parvenir à une sortie de crise, les deux groupes ont mandaté des intermédiaires pour mener une médiation sous l’égide de l’ACPR.

Scor a ainsi mandaté Augustin de Romanet, le PDG d’ADP et administrateur référent du réassureur, tandis que l’avocat Antoine Gosset-Grainville, cofondateur du cabinet BDGS, l’a été pour Covéa, poursuit le quotidien.

Augustin de Romanet et Antoine Gosset-Granville sont aussi tous deux d’anciens de la Caisse des dépôts (CDC). Le premier en a été directeur général de 2007 à 2012 tandis que le second a été nommé directeur général adjoint en charge de la stratégie, des finances, des participations et de l’international de la CDC en mars 2010 avant d’en assurer la direction générale par intérim entre février et juillet 2012.

Ni Scor ni Covéa n’ont souhaité commenter ces informations.

Contestant le rejet par Scor de l’offre de Covéa, le fonds activiste Ciam a de son côté tenté d’écarter Denis Kessler de la présidence du réassureur, en soumettant aux actionnaires une résolution visant à démettre le dirigeant de son mandat d’administrateur.

Cette résolution a été rejetée le 26 avril par les actionnaires, confortant Denis Kessler à la tête du groupe de réassurance.

Matthieu Protard et Leigh Thomas, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below