May 16, 2019 / 5:45 AM / 5 months ago

Nestlé négocie la vente de ses soins de la peau pour 9 milliards d'euros

ZURICH/FRANCFORT (Reuters) - Nestlé est entré en négociations exclusives avec un consortium emmené par le fonds d’investissements EQT Partners pour la vente de sa division de soins de la peau pour 10,2 milliards de francs suisses (9 milliards d’euros), dans le cadre de ses efforts pour se recentrer sur son coeur de métier.

Nestlé est entré en négociations exclusives avec un consortium emmené par le fonds d'investissements EQT Partners pour la vente de sa division de soins de la peau pour 10,2 milliards de francs suisses (9 milliards d'euros), dans le cadre de ses efforts pour se recentrer sur son coeur de métier. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

Cette transaction avec EQT, une filiale d’Abu Dhabi Investment Authority (ADIA), le fonds souverain de l’émirat d’Abou Dhabi, et PSP Investments devrait être finalisée dans le courant du second semestre, si toutes les autorisations réglementaires sont obtenues, a précisé jeudi le géant de l’agroalimentaire, auquel le fonds activiste Third Point de Daniel Loeb a réclamé en juillet d’accélérer sa réorganisation.

L’action Nestlé a atteint un record à 100,22 francs (+1,55%) en Bourse de Zurich après l’annonce de cette opération, qui sera la deuxième plus importante acquisition par des fonds de capital investissement en Europe depuis la crise financière après le rachat l’an dernier par Carlyle de la division de chimie de spécialité d’Akzo Nobel pour 10,1 milliards d’euros, selon les données de Refinitiv.

Les analystes jugent le prix de vente intéressant pour Nestlé, avec une valeur d’entreprise correspondant à 3,6 fois le chiffre d’affaires et un multiple d’environ 20 par rapport aux bénéfices attendus.

Cette division de soins de la peau, qui sera rebaptisée Galderma, du nom de la coentreprise détenue avec L’Oréal dont Nestlé a pris le contrôle total en 2014 lors de la réduction de sa participation au capital du groupe français de cosmétiques, devrait générer un bénéfice d’exploitation (Ebitda) d’environ 550 millions de francs cette année et de plus de 600 millions l’an prochain, a dit une source proche du dossier.

EQT VEUT FAIRE DE CETTE DIVISION “UNE PERLE”

Patrik Schwendimann, analyste de ZKB, estime que la transaction devrait générer pour Nestlé un gain exceptionnel avant impôts d’environ 4 milliards de francs sur la base de la valeur comptable de 6,2 milliards donnée à cette division dans les avis financiers de 2018.

Nestlé “communiquera sur l’emploi du produit de la transaction et sur la future structure de son capital” après la finalisation de l’opération, a dit le groupe de Vevey dans un communiqué.

Pour Patrik Schwendimann, il n’y a aucune urgence pour Nestlé à annoncer un nouveau programme de rachats d’actions, l’actuel courant jusqu’à la fin de l’année.

Outre Galderma, la division Nestle Skin Health, qui emploie 5.000 personnes dans 40 pays, regroupe les marques de soins Cetaphil et Proactiv.

Nestlé l’a créée en 2014 après l’échange de titres avec L’Oréal.

L’ancien directeur général Paul Bulcke s’efforçait alors de développer Nestlé dans des produits de santé à forte croissance pour contrebalancer le ralentissement des activités traditionnelles dans l’alimentation.

Cette division de soins dermatologiques n’a cependant pas eu les résultats espérés, entraînant des charges exceptionnelles, même si elle a renoué au premier trimestre avec une croissance des ventes à deux chiffres après deux ans et demi de réorganisation.

L’actuel directeur général Mark Schneider l’a mise en vente en septembre dans le cadre des efforts de Nestlé pour se séparer de ses activités non-performantes, dans un contexte d’évolution des goûts des consommateurs, qui préfèrent de plus en plus les produits frais et jugés sains aux produits transformés et conditionnés.

Du côté d’EQT, on affirme avoir “beaucoup de bonnes idées sur la manière de développer Nestle Skin Health afin d’en faire une perle et d’engranger ensuite un retour sur investissement”.

“Nous allons renforcer le conseil d’administration de Galderma avec une expertise industrielle pertinente afin de développer chacune des unités jusqu’à leur plein potentiel. Il y a des médicaments sur ordonnance qui sont de potentiels blockbusters avec de vastes opportunités”, a ajouté Marcus Brennecke, associé et coresponsable du capital investissement chez EQT.

Avec Michael Shields et Pamela Barbaglia, Benoit Van Overstraeten et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below