May 10, 2019 / 12:04 PM / in 2 months

Prudence en vue à Wall Street malgré le rebond des Bourses européennes

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en baisse vendredi, ce qui n’empêche pas un rebond des Bourses européennes soutenues par l’espoir d’un accord commercial entre Washington et Pékin malgré l’entrée en vigueur d’un nouveaux tarifs douaniers américains sur les produits chinois. Les actions européennes ont néanmoins réduit leur avance et les futures sur indices new-yorkais ont accentué leur baisse à la suite d’un nouveau tweet de Donald Trump qui ne voit “absolument aucune nécessité de se précipiter” pour conclure à un accord avec la Chine.

Rebond des Bourses européennes ce vendredi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 gagne 0,59% vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,87% et à Londres, le FTSE monte de 0,4%. /Photo d'archives/REUTERS/Simon Dawson

D’après les contrats à terme, le S&P-500 pourrait perdre 0,5%, le Nasdaq est indiqué en baisse de 0,4% et le Dow Jones de 0,35%. À Paris, le CAC 40 gagne 0,59% à 5.344,43 vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,87% et à Londres, le FTSE monte de 0,4%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s’adjuge 0,63%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,59% et le Stoxx 600 de 0,62%.

L’administration américaine a mis sa menace à exécution en relevant à la première heure ce vendredi les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits chinois alors que les négociations commerciales se poursuivent à Washington.

La Chine a répondu à cette offensive en se disant prête à prendre des contre-mesures, sans les détailler, et a dit espérer un compromis pour régler le contentieux par le biais de la coopération et de la consultation.

“Les investisseurs ont clairement vendu la rumeur et acheté l’information étant donné que ces nouvelles taxes étaient déjà bien anticipées par le consensus des investisseurs”, commente Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

“Cependant, l’optimisme d’aujourd’hui pourrait être de courte durée car même si la plupart des traders et analystes voient toujours les deux plus grandes économies du monde parvenir à un accord tôt ou tard, ils craignent également que des tarifs plus élevés ne conduisent à une croissance plus lente,” tempère-t-il.

VALEURS EN EUROPE

Les compartiments les plus durement touchés ces derniers jours par le regain de tensions sur le front commercial repartent de l’avant : le secteur de la technologie gagne 0,92%, celui des ressources de base prend 0,87%, celui des minières avance de 0,76% et celui des banques s’adjuge 0,75%.

En tête du Stoxx 600, Thyssenkrupp accroît ses gains (+16,11%) après avoir confirmé l’abandon de son projet de scission au profit d’une introduction en Bourse de sa division dédiée aux ascenseurs.

Maisons du Monde s’envole de 10,55% après une publication trimestrielle jugée rassurante par plusieurs analystes face aux difficultés du marché en France.

Le marché accueille positivement la nomination d’un nouveau directeur général chez Danske Bank (+4,28%), le groupe étant visé par des enquêtes dans le cadre de l’une des plus grosses affaires de blanchiment d’argent dans le monde.

IAG, la maison mère, entre autres, de British Airways et d’Iberia, grimpe de 2,84% après avoir réaffirmé sa prévision d’un bénéfice d’exploitation annuel.

En baisse, ADP chute de 9,91%, après avoir déjà perdu 5,7% jeudi, en réaction à la validation par le Conseil constitutionnel d’une démarche de parlementaires hostiles à la privatisation du groupe.

TAUX Le rendement du dix ans allemand prend plus d’un point de base à -0,033%, après avoir touché un creux de six semaines la veille à -0,069%. Il s’achemine vers sa plus forte baisse hebdomadaire depuis sept semaines, signe que le regain de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine a exacerbé les inquiétudes des investisseurs sur les perspectives de croissance économique.

Sur le marché obligataire américain, la tendance est plus prudente: le rendement des Treasuries à dix ans est stable à 2,455%. La tendance pourrait bouger après la publication à 12h30 GMT de l’indice des prix à la consommation, attendu en hausse de 0,4%. Sur un an, la hausse des prix hors éléments volatils pourrait s’établir à 2,1%, après 2,0% le mois précédent, selon les économistes interrogés par Reuters.

CHANGES

Le dollar est quasiment inchangé face à un panier de devises de référence dont l’euro, qui prend 0,1% à 1,123 dollar et est en passe d’enregistrer une hausse hebdomadaire pour la deuxième semaine d’affilée.

PÉTROLE

Le regain d’espoir de détente dans le conflit commercial sino-américain profite aussi aux cours du pétrole: le baril de Brent gagne 0,6% à 70,80 dollars et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) se traite à plus de 62 dollars.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below